Résumé de : Peyrolles en Provence

Un grand merci à Serge pour ce descriptif très détaillé.

Notre départ s’effectue depuis un grand parking situé au départ du sentier balisé de découverte de Peyrolles.

Nous suivons ce sentier de randonnée, en parallèle d’un chemin carrossable, jusqu’à découvrir sur la droite et en légère élévation la grande baume : vaste grotte obturée par un mur en pierres partiellement ruiné, au plafond noirci par la fumée et aux murs malheureusement dégradé par des graffitis.

Nous poursuivons notre sentier jusqu’au gite écolo du Loubatas. Nous quittons alors le sentier de découverte pour nous diriger vers le Jas du Ligourès. Le sentier est vaste et a été reprofilé pour faciliter l’accès des pompiers. Nous traversons au passage des vestiges de l’ancien canal du Verdon de forme trapézoïdale qui desservait les communes du pays d’Aix en Provence

Le canal du Verdon a été réalisé sous Napoléon III, sa réalisation a mobilisé plus de 500 bagnards condamnés aux travaux forcés. La prise d’eau d’effectue en aval de Quinson au niveau d’un barrage de 15m réalisé spécifiquement. Il a remplacé l’aqueduc romain et son utilisation a été ensuite cessée avec la mise en service du Canal de Provence vers 1960.

Nous poursuivons notre progression jusqu’au Jas du Ligourès. En chemin nous admirons le paysage : le passage de Mirabeau traversé par le Durance avec à gauche la montagne de St Sépulcre et à droite de Vautubière puis plus haut le Concors, le village de Peyrolles et son étang (ancienne gravière) aménagé par le CG13 pour la baignade et autres activités estivales, le Lubéron,…

Nous arrivons au Jas : ancienne bergerie qui a servi de refuge aux vaillants résistants du maquis lors de la 2nde guerre mondiale et qui a ce jour sert de refuge et aussi de point de rencontre pour les chasseurs (la table permet de réunir plus de 40 personnes, des chaises, une installation de dépeçage des sangliers, une citerne d’eau….)

Après un pique nique animé nous repartons vers Trempasse. Nous coupons au plus court via les chemins, sans passer par le Terme de Judas (le large chemin pour les pompiers, ne présente guère d’intérêt et allonge inutilement le circuit).

Au croisement « 364 », nous bifurquons vers la droite pour rallier la D62. Ceci nous permet de découvrir de part et d’autre de la route les ouvrages extérieurs du siphon de Trempasse. Il permettait le franchissement de la vallée sur 137m de largeur et sur un dénivelé de 2 7m, sans nécessité un aqueduc aérien. L’eau du canal du Verdon descendait dans un puits cylindrique et ressortait à l’autre extrémité par un ouvrage similaire.

Au niveau du siphon, nous empruntons un chemin sur la droite juste après les maisons privées. Ce chemin nous permet de monter jusqu’au lit du canal. Nous obliquons alors à droite en suivant le canal jusqu’au sommet d’un des deux ouvrages maçonnés du siphon.

Nous retournons ensuite sur nos pas et poursuivons dans le lit du canal jusqu’à aboutir à l’entré d’un tunnel qui permettait au canal de traverser la colline. Ce tunnel a une longueur d’environ 80m, une hauteur approximative de 2m, il est sec. Nous empruntons le tunnel avec nos lampes frontales. Sous le niveau d’eau supérieur, des dépôts ont arrondi/estompé le rocher. Au dessus de la surface libre du canal, les traces de creusement sont visibles sans être érodées (à chacun d’imaginer la technique de forage et les outils utilisés, …).

Au sortir du tunnel, nous quittons le lit du canal au niveau d’un vieux pont en pierres pour rejoindre le sentier de découverte.

Nous découvrons alors les vestiges des anciennes carrières de pierres. Cette pierre est ocre, sont encore visibles : les traces d’outils de découpe, quelques vestiges de bâtiment, des pierres taillées abandonnées sur place …

Au niveau de la seconde carrière, nous découvrons les restes d’une galerie romaine d’adduction d’eau. Nous la traversons par l’intérieur sur environ 20/30m avant de ressortir à l’extrémité de la carrière.

Il nous reste plus qu’à rejoindre les voitures via un chemin tracé sur le rocher et marqué par les traces des chars ayant sans doute transporté les matériaux extraits des carrières.

La randonnée est terminée, nous reprenons les voitures ravis des découvertes et de la bonne humeur ayant sous tendue notre sortie.

 

Album photos