Résumé de : BONNIEUX- Le Pas de la Truie

Treize à la douzaine. En décembre 2013 nous étions 12, aujourd'hui 13 à Bonnieux et la température avoisine les 0°C, brrrrr, l'hiver arrive. Bien couvert, c'est parti pour une journée bien ensoleillée et surtout pas de vent, l'idéal pour randonner. Du parking des Croix prenons la petite route qui monte vers les Blayons, puis nous la quittons pour le sentier qui passe au milieu de propriétés ayant presque toute une borie dans leur enclos, dans un bois de chênes vert. Au panneau le Chemin du Pas de la Truie prenons le chemin qui serpente et par quelques descentes et petites montées arrivons au fameux Pas de la Truie. Pourquoi ce nom ? mystère ? quelques blocs rocheux en suspension et un petit passage étranglé sans difficulté et poursuivons, dans la trouée des arbres on entrevoit la tour des vestiges de St Symphorien au fond du vallon. Le prieuré de Saint-Symphorien est une dépendance de l'abbaye de St Victor de Marseille, édifiée aux XIe et XIIe siècles. Ensuite par une grande piste nous arrivons à la route D 943 que l'on traverse. Passage aux abords de l'ancienne auberge de l'Aigue-Brun, qui est habitée mais ne fait plus office d'auberge. Retrouvons les anciennes portes des chambres que j'avais photographié en décembre 2013, elles étaient en meilleur état. Le sentier suit la propriété et nous amène au bord du ruisseau de l'Aigue-Brun qui coule doucement malgré la sècheresse de l'été dernier. Les végétaux exposés à l'ombre sont tous givrés. Nous arrivons au pont de la coquille et naturellement, la photo souvenir est de rigueur, puis un aller-retour à la grotte des brigands. Cette cavité "aurait" abrité les brigands qui détroussaient les personnes transportant le sel, denrée vitale, de Marseille en passant dans la Combe de Lourmarin, passage obligé pour rejoindre Apt et ses alentours. Nous suivons en file indienne le bord de la route D 943 que nous quittons dans un virage et nous nous enfonçons dans la Combe de St Pons qui monte progressivement, passage devant une borie et arrivons sur un replat où quelques rochers plats en guise de terrasse, conviennent parfaitement pour l'heure du repas. Devant nous la vue s'étend, de la Combe de Lourmarin, sur notre gauche un bout du Grand Luberon, la Ste Victoire et le Massif de l'Etoile, un panorama grandiose malgré la brume au loin et surtout le soleil qi nous chauffe sur la terrasse comme au printemps. Après les diverses galettes, reprenons le sentier qui descend sur le Val de Loup. Un comité d'accueil tenu par des chiens, heureusement, plus bruyants que méchants. Cette batisse en impose et est habitée, quel est l'origine de son nom? Poursuite sur une large piste, tout en haut sous les rochers, une habitation troglodytique dont on aperçoit le toit et une petite fenêtre. Bifurcation sur un sentier qui mène au Bertet, puis aux Crests. Descente vers les Urbans, la Garenne. Traversée de la D 36 et pour ne pas faire le même chemin de l'aller, nous prenons la petite route qui ramène au village. Nous admirons la propriété de Valvert, celle de la Bastide de Capelongue, où une exposition de photos sur le thème des animaux est assez insolite et le restaurant de la Bergerie. Bonnieux se dresse en cette fin d'aprés-midi, majestueux sur son promontoire et nous voici de retour au parking. Une randonnée déjà effectuée pour certain(e)s, mais que l'on a plaisir à refaire surtout par une belle journée d'automne.

Randonnée: 13,3 km - 5 h - 475m

 

Album photos