Résumé de : LUMIERES - Les Baumettes

 Cette randonnée est une pensée pour Gérard, dont nous nous sommes inspirés comme guide par son descriptif et ses photos dans ce site. Le brouillard épais dans le  Vaucluse, nous attend au hameau de Lumières dépendant de la commune de Goult. Rien n'arrête les 16 marcheurs, ni le froid (1°C) ni le brouillard qui ne se lèvera pas avant 13 h. Ce village de Lumières doit sa particularité à son église Notre Dame de l'Eternelle Lumière, plus simplement appelé de nos jours N D de Lumières. C’est un lieu de pèlerinage où la statue d’une Vierge Noire est chaque année montée en procession le 15 Août jusqu’à Saint-Michel de la Baume. Toutes les explications de l'église du Sanctuaire, crypte et autel sont avec les photos. Passage obligé à l'église et "catastrophe" l'appareil photo chute et termine son office du jour. Le remplacement de celui-ci sera provisoirement assuré par le portable, mais comme je n'en ai pas trop l'habitude, certaines photos seront soit supprimées ou laissées en guise de souvenir. Ensuite par la route qui monte à Goult sur la gauche la chaîne d'une propriété privée qui fait face à un tout petit sentier qui s'enfonce dans le bois, c'est le début du Conservatoire des terrasses et des cultures de Goult. Au cours de l'ascension, nous découvrons, des murets de pierre sèches, des bories, puits, masets, anciennes plantations, témoins d'une campagne provençale aujourd'hui un peu à l'abandon. Poursuite jusqu'à la Croix du Rocher de Redon et débouchons sur une petite esplanade du Moulin de Jérusalem. Datant vraisemblablement de la fin du XVII e Siècle, le moulin de Jérusalem est mentionné pour la première fois en 1750, sous le nom de « Tré Casteau » (hors du château). Il prend par la suite le nom du quartier dit de Jérusalem, sans doute en mémoire des croisades où allèrent guerroyer les seigneurs d'Agoult. Après plusieurs fois vendu et racheté, les ruines du moulin et son site sont rachetés en 1950 par l'IGN  à la famille Michel pour la somme de 200 francs. L'Ecole nationale des sciences géographiques y installe son centre d'instruction pour l'astronomie. Un rapport de mission de l'ING indique que « le site est choisi compte-tenu de la météorologie et de l'assurance de bénéficier d'un pourcentage élevé d'avoir des nuits claires et sans nuages ». Pendant plus de cinquante ans, il accueille chaque été plusieurs dizaines d'élèves ou de stagiaires, civils et militaires, de plus de cinquante nationalités différentes. Nous entrons dans le village fortifié de Goult et admirons la restauration faite avec soin des belles bâtisses de pierre et d'ocre, vestiges des anciens remparts et par les petites rues, passons sous des arcades, fontaines et portes anciennes ainsi que le château émergeant de la roche .Ce château aujourd'hui est privé et fut construit au XIII e siècle. Passage sur la place du village (ombragée l'été) de micocouliers centenaires postés devant l'église St Sébastien. Par les ruelles remontons vers le moulin et prenons la descente du Trabari qui conduit à la D 60 que l'on traverse, passage vers la ferme du Colombier puis les Fenêtres Rouges, montons la piste bétonnée de Roquebrune. Nous atteignons l'ancienne bergerie troglodyte de la Baume Noire. Continuons sur la piste à proximité du Mange-Tian et cherchons notre petit coin pour la pause de 1 heure. On approche des fêtes de fin d'année, les chocolats divers abondent, hum! que c'est bon. Maintenant, il est temps de reprendre les bâtons de pèlerins et de continuer notre rando. Suivant la piste, retrouvons une petite route à la Rabassière, autre nom de la truffe en provençal. Passage vers les Parties et prenons vers le Bac un sentier caladé entouré de murets de pierres sèches et par un petit détour allons voir les "pyramides provençales", passage à la Roche Pointue et arrivons en vue du hameau des Baumettes. Traversée de celui-ci, et par un petit raidillon, nous nous élevons vers une immense baume sous laquelle a été construite, une bâtisse troglodytique, magnifiquement restaurée. Nous arrivons sur un plateau aux Grandes Garrigues. De belles bastides en pierre, avec parcs entourés de murets, puis la descente s'amorce d'abord doucement, puis de plus en plus raide et débouchons dans le sentier qui revient vers Lumières. Un aller-retour à la chapelle St Michel sous une grande baume, passons un petit pont au-dessus de l'Imergue pour arriver sur la route. passage devant la cave et retour au parking. Lumières avec ses lieux sacrés, ses paysages lumineux (quand il y a du soleil) est un hameau énigmatique. Dommage que le soleil soit arrivé si tard, car de beaux points de vue sur Lumières, Goult, le Luberon et la plaine du Calavon, nous ont été escamotés par le brouillard. Nous étions à Lumières pourtant et nous avons manqué de "lumière solaire".

Randonnée : 14 km - 5 h -480 m

Album photos