Résumé de : ST DIDIER - NotreDame de Ste Garde

Encore une belle journée qui s'annonce, aussi, c'est 12 personnes qui suivent Raymond au départ de St Didier. Une visite s'impose dans ce village, riche d'histoire et de monuments, hélas ! nous ne pourrons pas tous les voir, peut-être une prochaine fois ? L'église de St Didier, XVIe siècle,face au château:
Une légende veut qu'un évêque de Carpentras du haut Moyen-Age nommé Didier, fut attaqué par des brigands à la bifurcation du chemin du Beaucet. La chapelle érigée sur sa tombe pour rappeler son martyr serait ensuite devenue la chapelle du château puis l'église paroissiale.Vers 1810, le sanctuaire, la nef latérale, les chapelles du Sacré-Coeur et de Saint-Joseph viennent enrichir et compléter l'église. Elle a désormais son aspect actuel, telle qu'elle est, devant vous.  Passage au porche en pierre surmonté d'une haute tour d'horloge et qui marque l'entrée du château de Thézan.                                      Résidence seigneuriale. La première trace du château figure dans le texte de restitution de Saint-Didier par le Comte de Toulouse à l’évêque de Carpentras en 1159. Par la suite, les aménagements remontant à la fin XVe- début XVIe siècle, marquent le véritable départ de l’histoire de ce château. Nous continuons pour voir la Fontaine.  Au centre du village, une fontaine. Sa date de construction, remontant à 1685, en fait une des plus anciennes fontaines publiques dont l’aspect ait été conservé,ce qui lui vaut d’être protégée au titre des Monuments Historiques. Poursuite par le circuit des Oratoires dont certains sont vides et  passons  derrière le château pour emprunter un petit sentier qui longe le mur du Château. Nous débouchons sur la piste de la Tourasse, arrivons sur les Puits et empruntons la route qui mène à la Roque sur Pernes . Le village est cité en 1113 sous le nom de Rocha. Celui-ci doit son nom aux roches calcaires abondantes sur son territoire.Petite visite dans le village: L'Eglise Saint Pierre et Paul édifice roman remanié du XVe siècle et au XIXe siècle. La Place de la Fontaine du Portail Haut, avec les vestiges du moulin à huile communal (Moulin à sang)   Un autre village à découvrir plus profondément. Une vue sur le Ventoux et par un sentier qui descend nous arrivons en bas du village du Baucet. Petit arrêt à la source et c'est par une bonne montée que nous arrivons sur un replat où nous ferons la pause déjeuner. Bien repus, poursuite jusqu'à Jouvenal, puis, Lou Clapas de Jouvenal  et du sentier en balcon, une vue magnifique sur Venasque. Le chemin nous mène à la Devèze, la Garène et retrouvons le chemin des Oratoires. Continuation sur le domaine de Ste Garde. Ce lieu est occupé aujourd'hui par le centre spirituel de l'Institut Notre Dame de Vie et a servi autrefois d'hôpital pendant la 1 ère guerre mondiale. Lors de la construction des oratoires, l'un d'entre eux, selon la légende, ne resta pas en place. Tous les efforts visant à l'implanter à l'endroit voulu furent vains. Alexandre Martin (1630-1703), curé de Saint-Didier, y voyant un phénomène divin, décida d’édifier à cet emplacement, une chapelle consacrée le 9 juin 1666. De retour à St Didier, nous ne manquerons pas de faire une halte gustative  à l'entreprise artisanale sous la marque " Sylvain, paysans-nougatier" Celle-ci fabrique et commercialise toute une série de confiseries typiques de la région comtadine et provençale (nougats blanc et noir, nougatine, pâtes de fruits, fruits confits etc, etc)  un pur délice. Sa renommée à largement dépassé les frontières locales puisqu'elle exporte en France et à l'étranger. Avant de se quitter, quelques étirements pour nous assouplir et puis c'est l'aurevoir au groupe. Un grand merci à tout le monde.
Sympatique journée pour une randonnée de 5 h - 14.300 km - 420 m.

 

Album photos