Résumé de : CABRIERES D'AVIGNON - La Pouraque

Journée printanière annoncée pour les 10 participants de ce dimanche 21 février. Parking de la mairie, dans Cabrières d'Avignon et petit visite au départ de ce joli village .L'origine du nom "Cabrières-d'Avignon" se trouve dans l'occitan cabrièra qui signifie "étable ou parc à chèvres"2. Le mot est un prolongement de cabra (cabro en graphie mistralienne), "chèvre", du latin capra. Le ruisseau "le Valla de la Merderie" passe sur la commune. Un parcours marqué au sol avec des ciseaux rejoint le grand lavoir avec son étendage et sa cheminée. Passage vers le château où une plaque commémorative indique le massacre des Vaudois. Cabrières étant le seul village vaudois fortifié, lors de la persécution de 1545, il servit de refuge. Nous prenons la petite route qui mène la forêt de cèdres. Aire de détente, avec barbecues, buvette, tables pique-nique, parcours de santé et même une piste pour danser, c'est ici le départ de notre rando. Poursuite par la petite route qui passe au Resquelet  et prenons le Vallon de la Grande Combe à la place de la piste du Resquelet. Joli sous-bois, labouré par endroits par les sangliers et montons progressivement mais sûrement jusqu'à la Suéi (citerne). Deux bonnes heures de grimpette mais arrivé en haut, un magnifique panorama nous attend. Le Grand Luberon, très loin la Ste Victoire, Le Mont Denier et le Ventoux enneigés et suivons la piste de la Pouraque. Après une demi-heure de marche sur la piste, nous trouvons un endroit  pour la pause de midi, bien ensolleillé face au soleil radieux. Bien sûr, au dessert les douceurs circulent: chocolat, spéculos au chocolat et clafoutis aux abricots. Bien reposé, nous repartons, direction Lauzas sud, l'aire des Fèves, le colet Rond et le colet des Cabanes. Un petit belvédère au-dessus du vallon des Baumions, puis la piste amorce la descente et sur notre droite nous admirons la grande propriété des Cabanes. Très bien entretenue, restanques plantées d'oliviers, vergers, une merveille, mais quel entretien !!! Arrivons sur une partie du parcours de santé et rejoignons le chemin des fileuses. En chemin, nous allons voir, le "paradis" (propriété privée) de Monsieur Léolpold TRUC. Auparavant, Raymond avait l'accord du propriétaire(son petit-fils)pour le visiter. Ce paradis est aussi bizarre qu'exeptionnel. Un mélange de Gaudi et du Facteur Cheval ,mais très fantaisiste et inclassable. Mr Léopold Truc a commencé son paradis en 1950, profitant de tous ses moments libres pendant 30 ans. Ces constructions bâties avec des pierres, des tuiles, de la vaisselle brisée et des coquillages en font un art architectural décalé, audacieux et avec tout et n'importe quoi, il a produit un tableau presque surréaliste. Nous ne sommes plus très loin de Cabrières et nous prenons le temps de faire le tour du château. Pour information, le château fut construit aux environs du XIIe et XII e siècle. En 1545, lors des persécutions des Vaudois, l’importante communauté vaudoise choisi le lieu pour ses fortifications. Le château de même que le village furent entièrement rasés et la population lâchement abattue ou vendue comme esclaves malgré les promesses obtenus. C'est à la fin du XVI e siècle qu'il fut reconstruit. Repassons devant l'église en plein soleil et regagnons nos véhicules. Un groupe très calme aujourd'hui sans le ténor de service, mais que l'on espère vite de retour pour animer les randonnées et nous lui souhaitons un bon rétablissement.

Randonnée:15,6 km - 5 h 15 - 550 m

Album photos