Résumé de : MARGUERITTES-la Combe des Bourguignons

Le printemps est arrivé, sors de ta maison Le printemps est arrivé, la belle saison                                                Vive la vie et vive le vent et vive le printemps !

 Du vent, du soleil, de la bonne humeur pour les 10 personnes au départ de la rando à Marguerittes. Du parking le Secadou prenons la piste qui monte vers la table d'orientation. Beaux points de vue sur Marguerittes, St Gervasy, Bezouce et la plaine environnante. Direction Valloubines et l'ancien stand de tir de ball-trapp. Continuons sur la piste qui mène au Grand Chêne, ensuite, le puits d'Arnon, les Fonts et longeons la clôture du château de Roquecourbe. La plaine des Rendez-Vous bien ventilée et très fleurie, nous conduit par une descente à la D135 que nous traversons. Remontée sur Polensargues, et les Marins jusqu'au télégraphe. Recherche d'un endroit à l'abri du vent et installation pour le repas. Petit dessert avec des rochers à la noix de coco, petite sieste pour certains et après 1 heure et quart de pause, tous prêts à repartir. Par le chemin bordé de tapis de fleurs, on croirait un jardin fait par l'homme, mais, non! c'est Dame Nature qui nous offre un festival et un régal pour les yeux. Passage au mas d'Aschot, nous bifurquons sur la gauche pour la Combe des Bourguignons. Jean Sexte"'dit Bourguignon"cultivait ce site vers 1850.C'est l'époque où les campagnes connaissent leur maximum de population. Est-ce parce qu'ils étaient toujours accompagnés d'un âne ( le racho) ou parce qu'ils travaillaient comme des bêtes que l'on a surnommé les défricheurs de garrigues les " rachalans" ? les deux sans doute ?                        Rachalans ! que l'admiration que nous portons à votre oeuvre soit aussi un ultime hommage. Nous serpentons parmi ces constructions de pierre sèche et reconnaissons le travail magnifique réalisé pour l'époque. Petite montée au point de vue de l'ensemble où des informations sur les paysans" batisseurs" pour contenir la terre, drainer les sols, édifier des cabanes, force l'imagination. Montée vers la citerne au Peissel et descente sur Serre des Valettes. Encore une grimpette jusqu'au belvédère dominant Marguerittes et c'est la descente vers le parking. Les marcheurs présents ont beucoup apprécié cette randonnée si proche de Nîmes et si variée.

Y a le printemps qui te réveille, t'as le bonjour du printemps Y a le printemps qui t'ensoleille, oh, le coquin de printemps  (chanson de Michel Fugain)

Randonnée 16,4 km- 5 h 30 - 380 m

Album photos