Résumé de : Eyguières-Les Opies-la Vigie-Le Grand Bahis-les Barres Rouges-les 3 boucles-R

Distance 15.5 km Durée 6h+ 1/2h déj .
Difficile à très difficile dans les éboulis et le bas du ravin Nord des Opies.
Dénivelé 365 m - Dénivelé cumulé 990 m


Cette 2ème randonnée va me permettre de faire une synthèse avec celle faite au départ d’Aureille, il y a 8 jours, pour programmer une prochaine randonnée avec mes amis, afin qu’ils profitent du meilleur sans les difficultés. Ce parcours est en grande partie sorti de mon imagination. Je voulais découvrir des paysages et un parcours exceptionnel et difficile (il faut que je m’entraine pour cet été, ayant prévu une bonne semaine dans les Dolomites avec des amis) et ce fut en partie le cas. Je ne le conseille pas aux marcheurs du Dimanche !!!, car ils risqueraient de se perdre, ou d’avoir besoin des secours. D’ailleurs, j’ai fait ma BA en ravitaillant 3 randonneurs égarés, croisés sur une partie balisée, partis sans sacs à dos, ni eau, ni nourriture, il était près de 13h00, avec juste un petit bout de papier d’un parcours sur lequel, ils n’étaient plus, sans carte, ni boussole et encore moins de GPS. Je les ai donc remis, sur le droit chemin après 1/2h de marche ensemble. Devant faire une marche de 20km organisée ce dimanche à Aureille, pour un diplôme, ils s’entrainaient, je leur ai donné quelques conseils, dont j’espère qu’ils se souviendront lors de l’épreuve.
Ce parcours permet d’avoir des points de vue exceptionnels sur toute la région, du Ventoux au Luberon, de la Ste Victoire à l’Etang de Berre, à la Méditerranée, la plaine de la Crau, Fosse-sur-Mer, l’Etang de Vacarès, le Massif Central et la vallée du Rhône, les Alpilles. Un 360° qui permet même d’apercevoir les Alpes aux sommets enneigés. Souvenez-vous du parcours des crêtes fait le 27/1/2011, la difficulté est similaire, voire plus, et les panoramas sont tous aussi impressionnants et superbes. Le départ se fait à 2km au Nord d’Eyguières, sur la petite route D25 à 1.15km à droite en venant d’Orgon, presque en face des ruines du Château de la Reine Jeanne.
-La 1ère partie facile et pour tous, au départ du chemin de St Paul de Vence, contourner la ferme, puis prendre à droite près des ruines de la Villa romaine, passer la ferme de Valdegue, puis remonter vers le Nord par la piste sous la ligne de HT. A un croisement de sentier, prendre à gauche et monter par le sentier Nord-Est des contreforts des Civadières et du Val de Lèques, c’est superbe, et ne présente pas de difficulté, jusqu’au Collet des Opies. Magnifiques points de vue sur la vallée de la Durance, le Luberon, les ruines du château de la Reine Jeanne et le château de Roquemartine. Ensuite la montée à la Tour-Vigie des Opies, est beaucoup plus raide et demande un effort d’une bonne 1/2h. D’un belvédère avant le sommet, vous apercevrez en plus le Mt Ventoux, toute la ligne de crête des Opies jusqu’à Aureille, son vallon encastré entre cette ligne de crête et la barre rocheuse des Civadières. Au sommet, vous pourrez admirer le paysage à 360°, ce sera une juste récompense, avec les Alpes et la Ste Victoire, l’Etang de Berre et plus si la visibilité le permet. J’aurai même la chance de voir passer à ras la vigie, 2 Mirages 2000, pas le temps de dégainer l’appareil photo, telle fut ma surprise, et le vacarme qui s’ensuivit.
-Le 2ème partie, c’est la descente sur le plateau des Opies en contrebas Sud de la Vigie, qui permet de gagner sa crête Sud par une sente balisée orange jusqu’en haut du ravin Nord des Opies. Ensuite, il faut se lancer dans la descente, dans les éboulis, en essayant de suivre la piste des sangliers, en bas ça devient difficile à cause de la végétation dense, qu’il faudra contourner au jugé, pour gagner enfin la trace des chasseurs jusqu’à la citerne enterrée au bord de la piste forestière.
-la 3ème partie, c’est la remontée vers le sommet, prendre à droite, la piste qui monte, dans le ravin Sud des Opies, une chance cette sente, est balisée bleue, et il y a pas mal de cairns, donc il suffit de ne pas quitter le balisage. Il est 12h30, je décide de manger à l’abri du Mistral, derrière un rocher, mais avec un panorama superbe sur la plaine de la Crau, jusqu’à la Mer. C’est là que je rencontre mes 3 brebis égarées et que je ramènerai sur le bon chemin. Ils pourront même voir une belle perdrix rouge s’envoler devant nous. Nous rejoindrons ensemble le sentier du Grand Bahis en bas du raidillon, qui arrive du plateau des Opies en dessous de la Tour. Le sentier traverse une ancienne forêt ravagée il a de nombreuses années par un terrible incendie avant de rejoindre la piste DFCI du GR6. Nous tombons sur la grande auge-1, l’abreuvoir des brebis, prendre vers le Sud-est la piste jusqu’à la Bergerie de la Romanière cachée sous les pins. Malheureusement en ruines, mais encore conservée, elle est remarquable par sa construction de voûte en arceau, semi-enterrée, avec une partie habitation effondrée, et la bergerie d’une vingtaine de mètres. Au-dessus se trouve une autre grande auge-2, l’abreuvoir de brebis. Je prendrais le sentier qui part au-dessus et remonte dans le ravin de la Romanière, dont je perdrai la trace au début en prenant trop à droite au jugé, mais regagnerai un peu plus haut car il est bien tracé et balisé bleu-2 lui aussi, parsemé de cairns, ne le lâchez plus. A droite les barres Rouges que l’on franchit en haut sans difficulté, attention, ça monte tout le long. Près du sommet la vue sur le Sud est imprenable, et au Collet des Barres Rouges je passe sur une ligne de crête Sud-nord avec la vue à l’Est et à l’Ouest des Opies superbe. Je rejoins le Collet Sud des Opies, ou je suis passé tout à l’heure avec mes 3 égarés, je prends à droite et reviens par le ravin Sud des Opies relativement facile pris à la montée avant midi, jusqu’à la citerne enterrée. A la piste DFCI prendre au Nord, rejoindre le chemin des Gauges près des fermes des Gauges cachées dans les cyprès, prendre à gauche. Puis c’est le retour par le Vallon des Gauges au pied de la barre rocheuse du Mont Menu, jusqu’à l’oratoire de St Paul de Vence en bord de route.
Une journée qui m’en aura mis plein la vue.