Résumé de : Cornillon-Confoux-Chaîne des collines de Lançon au-dessus de l'Etang de Berre

Cette randonnée exceptionnellement programmée un dimanche, pour nous, s’est faite avec nos amis gardois, le club de randonnée pédestre « Le Petit Soulier », à la demande de Pascal & Mireille qui viennent depuis 2 semaines randonner avec nous. Nous les avons guidés dans cette belle randonnée que nous connaissions. Ils devaient être une quinzaine, ils étaient tous là, à leur grande surprise, et nous nous sommes retrouvés, à 30, vers 10h, sur le parking des visiteurs de Cornillon-Confoux.

Parcours de 13.0 + 1.7=14.7km - Niveau 2-3 - pour bons marcheurs. Sans grande difficulté.
Durée 4h00 + 1h15 pour déjeuner + 1h00 visites. Dénivelé 57 m-Dénivelé montées cumulées 226 m.
Prévoir des arrêts au Château de Confoux et à l’Apier des abeilles, une visite du village des bories et à de nombreuses autres bories et cabanes de pierre sèche, disséminées sur le site. Un tour dans le village de Cornillon-Confoux s’impose en fin de balade.


C’est par une journée magnifique, estivale de fin Janvier, avec un peu de Mistral, idéale pour se balader (9° au départ, 16° à l’arrivée) que nous débutons notre randonnée dans les collines de Cornillon-Confoux, du parking visiteurs au départ de la D70A en direction du Pont de Rhaud-Grans. Il est 10h15, un petit peu frais, mais le soleil va vite nous réchauffer. Nous prenons à droite à la sortie du parking balisage jaune, au rond point planté de cactées, la photo souvenir, avant de prendre à droite la Voie Aurélienne en direction du lieu dit « le Manoir ». Nous passons devant les services techniques du village, puis après quelques minutes une 1ère borie (B-0) ronde à étage dans une propriété sur la gauche, encore 5mn une autre plus près de la piste (B-1) carrée également dans une propriété, sur la gauche. A la fourche nous prenons à droite et cheminons sur la piste de terre à gauche de la Voie Aurélienne qui longe un mur de pierre sèche, où il reste encore, l’empreinte des roues des charrettes dans le sol.
Sur 300m, nous découvrirons de nombreuses bories, murs de pierre sèche, restanques, une carrière d’extraction de pierres, de nombreuses ruines encore visibles…qui témoignent de l’existence d’un ancien village de bories (B2-3-4-5).
Au lieu dit Charrier (Pt 82), nous prenons à la fourche à gauche la petite route goudronnée, et vous découvrirez en limite d’une propriété une très belle borie (B-6), avec sa petite dépendance suivie 50m plus loin par une autre borie, cette fois carrée sur la gauche du sentier (B-7). Poursuivre encore 50 m et cette fois c’est une borie ronde (B-8), le sentier se poursuit sur une piste de terre, où l’on traverse une magnifique forêt de pins, aux parfums de la Provence, thym, romarin, ciste cotonneux, menthe des prés, boule de neige de quoi vous réveiller l’odorat. Nous rejoindrons une petite route un peu plus large goudronnée aux Grattes-1, avec sur la gauche une forêt de chênes verts et une vue sur Miramas, des rochers en bord de route dont un ressemblant à une énorme coquille St Jacques, l’autre à un immense serpent. Sur la droite sont plantés de vastes champs de blé, d’oliviers et de luzerne. Nous arriverons à un croisement, là, nous prenons à droite prenons la piste des Grattes-2, avec sur la gauche des forêts de chênes verts, et sur la droite des champs d’oliviers et de luzerne. Après 500m environ derrière un bosquet, la belle borie (B-9) ovoïde de Bertier, avec sa margelle de puits (comblé) à l’entrée gauche de celle-ci. On parvient bientôt à un croisement, avec à droite le départ de la variante-1 qui raccourci la rando, si vous le souhaitez. Il est 11h30i, nous décidons de faire une petite incursion dans sur cette piste. C’est la Voie antique, où nous trouvons dans le bois de pins une belle borie (B-10) ovoïde avec sa rampe circulaire, puis longeons une oliveraie. Nous décidons de couper en travers, par la Lègue, et de rejoindre la piste initiale. Une fois rejointe, 50m après nous empruntons sur la droite une 2ème piste variante-2 raccourci, qui nous conduit après 100m à un puits-borie ovoïde près d’une ferme ; Nous rebroussons chemin et regagnons la piste et peu avant le Pt 59, et retrouvons la petite clairière bien abritée du vent où nous avions déjeuné la dernière fois. Il est midi ¼, juste la bonne heure. Après un bon repas comme d’habitude, apéro, amuse-gueules, repas, bien arrosé, café, gâteaux, chocolat, pousse-café, etc…bien repus, et reposés, il faut poursuivre notre balade. Nous reprenons notre parcours, puis quittons le chemin des Grattes en direction du Sud-est, à droite. Nous cheminons d’abord sur une large piste et juste après une barrière et une propriété, sur la droite une grande cabane de pierre sèche avec ses dépendances. Un peu plus loin, à gauche une barrière, une piste monte en direction d’un promontoire, dit « Devens de Barzac », nous nous y engageons, et découvrons au sommet une borie (B-12 Vigie) en ruines qui sert encore de vigie d’observation des incendies. De là, le panorama est à 360° et permet de voir au Sud Cornillon-Confoux, à l’Est la Montagne Ste Victoire, au Nord Salon et Lançon de Provence, les Opies, le Mourre Nègre, et Martigues à l’Ouest. Nous rejoignons la piste près d’une ferme bordée d’une haie de cactus-figuiers de Barbarie, et poursuivons jusqu’au croisement du Château de Confoux. Nous prenons à gauche vers ce magnifique château restauré à une centaine de mètres, à ne pas manquer. Retour sur nos pas plein Ouest vers Camp Long, où en bordure d’une plantation d’oliviers, sur la droite une belle borie (B-11). Nous obliquons plein Sud, et dans un virage, prendre à travers, sous la pinède éclaircie, sur la gauche, se dessine devant vous un muret de pierre, en fait on arrive par-dessus le « Mur des Abeilles » ou Apier, le 2ème par sa taille en France, de 60m de long et ses 53 niches dans lesquelles des ruches en écorces de chêne-liège, en paille de seigle, en bois ou en osier, étaient disposées dans les alvéoles. Une petite merveille, avec un tableau explicatif bien détaillé. C’est un témoignage de notre patrimoine passé à protéger de notre civilisation rurale. Nous regagnons la Voie Aurélienne, avec ses saignées dans le sol laissées par les charrettes des agriculteurs ayant emprunté cette voie commerciale antique. Retour par le même chemin jusqu’au parking.
Il est seulement 15h30, nous laissons nos voitures sur le parking et poursuivons vers le village, dont nous ferons le tour par la promenade du Baou, en balcon sur l'Etang-de-Berre autour du village médiéval. Nous passerons au pied du Beffroi ou Tour de l’Horloge, ferons une petite visite de l’Eglise St Vincent du XIIème siècle, bien remaniée et ses très beaux vitraux, la fontaine, la statue du fils d’Icare, découvrirons 2 des 11 statues de la Vierge enceinte, le lavoir, de belles maisons restaurées, et un panorama exceptionnel sur l’Etang de Berre, jusqu’à Fos-sur-Mer, les collines du Cros de Constantine, le canal de Provence, la Ste Victoire, Le Luberon et le Mourre Nègre, Salons et lançon de Provence, Miramas…
Une journée ensoleillée, hors du temps, pleine de belles images, qui ne peuvent laisser les randonneurs indifférents. Dans ces collines nous avons découvert le témoignage d’une riche civilisation passée, avec des panoramas superbes, ses vieilles pierres et ses odeurs de garrigue. Nous ferons de beaux rêves cette nuit…
Merci à l’amicale des randonneurs du Petit Soulier de s’être jointe à notre petit groupe, pour cette randonnée, ce fut un bon moment de partage, que j’espère nous réitèrerons.