Résumé de : Lumières-Goult-Conservatoire des Terrasses-Trabari-Baume Noire-Mange Tian

Parcours de 10 km – Durée 3h15 + 1h00 visite + 1h00 déj.
Dénivelé 120 m – Dénivelé cumulé 405 m - Belle balade familiale.
Sans grande difficulté, (seul un petit passage en descente au retour vers Lumières)


Cette balade familiale entre Goult-Lumères, enchantera ceux qui la feront.
« Lumières, son histoire est très particulière et les pèlerins comme jadis continuent de venir se recueillir. L'endroit reste sauvage, et dès que l'on quitte l'hôtellerie (Hôtellerie Notre-Dame) les chemins nous conduisent en des lieux perdus, en nous invitant à une communion avec les arbres, l'eau, les rochers, les grottes, les oiseaux, la clarté, les parfums et le silence. Lumières la Miraculeuse. L'origine de cette Vierge serait celle d'un berger, qui au Moyen-âge, vit des flammes jaillir d'un buisson, où se trouvait la statue; et là, un autel y fut construit avec son sanctuaire, ses ex-voto populaires, sa chapelle datée de 1665, et sous l´impulsion des Carmes puis des Oblats de Marie, c’est devenu un haut-lieu de pèlerinage, avec son couvent où résident les oblats, avec de nombreuses chapelles et un parcours nommé : Le chemin des Sœurs. Sous une baume, à la fin d’un chemin de croix, on découvre la chapelle Saint-Michel, toute simple, devant la baume et encadrée de cèdres somptueux. Là le lieu est énergiquement fort, et l'on peut sentir la poussée de la Vouivre. Lumières avec ses lieux sacrés et ses paysages lumineux et sereins est un hameau énigmatique ».
« Goult, village médiéval, situé dans le Parc Naturel Régional du Luberon va faire le bonheur des amoureux des vielles pierres et de belle nature. Restauré avec soin, le village présente de belles bâtisses de pierre et d'ocre. Après avoir quitté Lumières, nous allons visiter et découvrir les restanques du Conservatoire des Terrasses de Cultures. Sur plus d´un hectare et demi, 15 terrasses présentent un vaste échantillonnage de fleurs, plantes herbacées vivaces, arbustes et arbres typiques du Luberon et de sa région. D´anciens vergers d´espèces fruitières traditionnelles ont été reconstitués. Le conservatoire, situé sur la partie haute du village, est consacré à la préservation des traditions rurales. De grandes oliveraies, de beaux chênes verts et des plantations agricoles encadrées de jolis murets de pierres sèches sont entretenus restaurés et aménagés par les bénévoles du Conservatoire. Vous en profiterez bien sûr pour admirer les somptueux paysages qui entourent ces terrasses, où vous y découvrirez de nombreuses cabanes, bories et mazets de pierre sèche, puits citerne… restaurés sous l’égide de l’APARE. Vous pourrez repartir à la découverte du village, en passant devant le Moulin de Jérusalem restauré, datant des XVII-XVIIIème siècles, puis vous déambulerez avec plaisir dans ses ruelles, vous tomberez sous le charme de ses passages voûtés, ses arcades et portes anciennes. Vous y découvrirez les vestiges d'anciens remparts ainsi que le château de la famille d'Agoult émergeant de la roche. Le Château avec ses tours de guet, sa herse du XIVème siècle, qui délimitent les remparts aux nombreuses archères dues à la famille d´Agoult, opposent leur esprit médiéval à la façade, la porte de l´escalier monumental intérieur du XVIIème siècle d´inspiration florentine. (Propriété privée qui ne se visite pas). Après être passé devant L'Eglise Saint-Sébastien au cœur du village, de pur art roman, avec sa voûte en berceau brisé soutenue par des arcs doubleaux, remarquable pour le retable baroque de la chapelle attenante .Vous découvrirez sa grande place ombragée de micocouliers centenaires, vous partagerez la douceur de vivre bien provençale qui règne à Goult ».
Départ du parking sous la falaise à l’entrée du village de Lumières au bord de la N100. Un arrêt presque immédiat, pour une visite de l’Eglise Notre-Dame de Lumières. Un haut lieu de pèlerinage, avec son Chœur à l’étage et sa crypte sous le chœur.
« En 1664, après l'apparition de miraculeuses lumières (qui vont soigner un homme d'une éventration) près de la chapelle de la Baume, l’ordre religieux des Carmes s'intéresse au lieu. En 1699, Jean-Baptiste de Sade, évêque de Cavaillon, dédiait, au bas du village, un sanctuaire à Notre-Dame de l’Éternelle Lumière. Il est plus simplement nommé de nos jours Notre-Dame de Lumières. C’est un lieu de pèlerinage où la statue d’une Vierge Noire est chaque année montée en procession, le 15 août, jusqu’à la chapelle Saint-Michel de la Baume ».
Poursuite après la traversée du pont qui enjambe l’Imergue, par la route D145 qui monte vers Goult, après un petit km, avant la fourche sur la gauche une chaine plastifiée verte, avec une interdiction de propriété (passage sur le côté autorisé), un sentier s’enfonce dans le bois, c’est le début du Conservatoire des terrasses et des cultures de Goult.
« Surplombant la vallée du Calavon, Goult, village perché, contrôlant naguère la Via Domitia, entre Cavaillon et Apt, offre aux passionnés de nature, un écrin unique, témoignage des cultures d’antan, entre univers minéral et couvert végétal préservés. Au cours de cette ascension, par ce sentier, nous découvrirons, bories, puits, masets, et traverserons des plantations de grandes oliveraies, avec de beaux chênes verts, des pins et amandiers, plantes aromatiques, des plantations agricoles encadrées de jolis murets de pierres sèches en restanques, entretenus, restaurés et aménagés par les bénévoles du Conservatoire. Nous en profiterons bien sûr, pour admirer les somptueux paysages qui entourent ces terrasses, car nous sommes ici, dans une belle campagne provençale...»
Nous rejoindrons au sommet la Croix du Rocher de Redon, qui surplombe la vallée du Calavon, face au Petit Luberon avec un beau point de vue sur Lumières. Nous passerons devant le magnifique Moulin de Jérusalem. Le dernier seigneur, le marquis de Donis, a résidé à Goult jusqu’à sa mort en 1805. L’inventaire de ses biens fera mention d’un vieux moulin avec ses dépendances, c’est le moulin de Jérusalem, tour à deux niveaux. Ce moulin a fonctionné jusqu’à la fin du XIXème siècle. Abandonné, il est en ruines jusqu’en 1947, quand l’Institut Géographique National l’acquiert pour en faire son Centre d’Enseignement de l’Astronomie. En 1990, l’IGN le cède à la commune de Goult qui lui redonne son aspect d’antan.
Nous entrerons dans le village fortifié de Goult, par la porte supérieure du Vallat, qui fait le bonheur des amoureux de vielles pierres et de belle nature. Restauré avec soin, le village présente de belles bâtisses de pierre et d'ocre. Nous nous baladerons avec plaisir dans ses petites ruelles, nous tomberons sous le charme de ses passages voûtés, ses arcades, fontaines et portes anciennes. Nous y découvrirons les vestiges des anciens remparts, ainsi que le château de la famille d'Agoult émergeant de la roche. Ce château, aujourd'hui privé, a appartenu à la famille d'Agoult. Il fut construit au XIIIème, puis remanié au XVIIème et XIXème siècle. Le premier nom de Goult est d’origine germanique: Agaud, puis Agoùt en provençal, et enfin Goult. La maison d’Agoult prend ce nom dès le XIème siècle. Elle règne sur le pays d’Apt. Puis nous rejoindrons l'église St Sébastien sur une grande place ombragée (en été) de micocouliers centenaires. Edifice roman, elle aurait été élevée par Guillaume d’Agoult au XIIème siècle. Elle jouxte les bâtiments de l’ancien prieuré, de la maison curiale et du presbytère. Puis nous repartirons à la découverte du village, en passant devant la Tour de l’Horloge, remonterons jusqu’au Moulin de Jérusalem pour y pique-niquer dans son parc. Après un bon repas, à gauche de la porte du vallat, nous emprunterons le sentier du Trabari qui passe près d’un puits, puis plus bas, devant le Château de Trabari et descend et rejoint la D60. Après l’avoir traversée, nous n’essayerons pas de franchir le Rau de l’Imergue au passage du gué, car avec les pluies importantes de ces derniers jours, le niveau du ruisseau est assez élevé, nous remonterons 300 m plus haut, jusqu’à la Ferme du Colombier, pour le franchir par un petit pont. C’est par une piste de terre, que nous atteindrons les Fenêtres Rouges, où nous rejoindrons la D104, que nous longerons 50 m, avant de monter la piste bétonnée de Roquebrune. Puis c’est par un sentier à travers bois et prés, au pied d’une petite falaise que nous atteindrons l’ancienne Bergerie troglodyte de la Baume Noire, construite sous une baume. Nous atteindrons le plateau de Mange-Tian, mélange de forêt de pins, chênes verts et de champs cultivés, prendre à gauche vers le Sud en direction du Grenadier, puis descente avec une belle borie-G du Grenadier, à droite, cachée dans le bois, avant d’arriver à l’ancienne carrière fermée de Goult. Nous prendrons le sentier bien tracé et large sur la droite qui monte, à travers bois, , nous arrivons en haut le long des ruines d’une ancienne bergerie, avant d’atteindre, une 1ère petite borie (B8), puis la grande borie (B9). Ne pas prendre le sentier marqué d’une croix jaune à droite : suite à l’effondrement de la falaise au-dessus de Lumières, une partie du sentier a été emporté par le glissement de terrain. Prendre le sentier à gauche, balisage jaune, qui démarre à plat puis descend de plus en plus avec quelques passages délicats et rejoint le milieu du chemin de croix vers la Chapelle St Michel, avec un beau point de vue sur Goult et Lumières. Nous remonterons sur 150 m, le Chemin de Croix, pour arriver à la Chapelle St Michel, construite sous la Baume de la falaise, d’où nous avons un beau point de vue sur la colline de Goult et le vallon de l’Imergue. Lieu de pèlerinage avec un sanctuaire et une chapelle datant du XVIIème siècle. Enfin descente par le raccourci du chemin de croix, passage devant la statue de Jeanne d’Arc, la grotte-source, les 2 escaliers volants sur le mur restanque du parc, puis traversée de l’Imergue, avant de revenir à la Cave vinicole de Lumières, et regagner le parking de Lumières.
Fin d’une très belle journée chargée d’histoire.
C’est la fin d’une semaine de séjour en Vaucluse de nos amis Stéphanois, et espère qu’ils reviendront dans notre belle région.