Résumé de : Ste Victoire-St Ser-sentier des parapentistes-Pic des Mouches-le-Garagaï de Cagolou

Parcours de 7.1/7.5 km – Dénivelé 600m – Dénivelé cumulé 780 m
Durée 4h45/5h00 + 1h00 déj.
Difficile, pour randonneurs confirmés et bons marcheurs-
Emportez suffisament d’eau et ne pas faire par grosse chaleur.


La Ste Victoire, déroule une longue crête de superbes falaises de calcaire blanc parcourue des thermiques capricieux parfumés de thym et de romarin, orientée Est-Ouest sur 10 km de long, elle culmine à 1011 mètres au Pic des Mouches. Elle domine, telle une île, la plaine de l’Arc, les vignobles des Côtes de Provence et la région d’Aix, tournant le dos à la Durance et aux Alpes. Le climat méditerranéen, ensoleillé, marqué par la sécheresse est particulièrement aride en été.
Grâce à nos amis aixois, qui nous ont concocté un parcours haut en couleurs et en dénivelé, que nous allons emprunter le sentier le plus court pour gagner la crête de la Ste Victoire de St Ser au Pic des Mouches. Point de départ le parking de St Ser, par le tracé rouge d’abord, en direction de l’Ermitage de St Ser. A la pierre, de la croisée des chemins, prendre à droite, « Pic des Mouches-difficile », pour le tracé bleu, en prenant le sentier à droite qui grimpe vers le vallon de la Tine, sauvage, où nidifie l’Aigle de Bonelli. Un peu plus loin, on arrive à une autre bifurcation. Le tracé vert part à droite. Prendre à gauche, le tracé bleu, qui va s’engager dans un petit vallon entre deux parois rocheuses : le vallon de la Tine. Le sentier n’est pas très bien tracé mais suffisamment marqué pour ne pas se perdre et atteindre le Pic des Mouches. Dans la montée vous verrez encore les traces laissées par l’incendie de 1989, avec ses arbres calcinés. La montée est parfois un peu difficile, avec d’abord un passage de chaine, pour le franchissement d’un éperon rocheux, sur la gauche juste devant un petit cirque, puis une draille étroite suivie d’un surplomb au-dessus de celle-ci, quelques montées dans des éboulis, avec quelques petits passages sur des dalles rocheuses, jamais vertigineuses et sans exposition. Ces difficultés se surmontent facilement, et vous ne regretterez pas les points de vue à couper le souffle, lors d’arrêts pour reprendre votre souffle. C’est l’itinéraire le plus direct pour atteindre le Pic des Mouches, celui pris par les parapentistes avec leurs 20 kg de matériel, alors ne vous plaignez pas, avec vos sacs à dos, légèrement chargés. Plus haut poursuite dans des pierriers bien stabilisés à pente raide, mais pas trop difficile, puis on remonte une bonne sente dans la partie supérieure, où le balisage bleu s’interrompt. La pente s’atténue et le vallon devient très large, le Pic des Mouches est en vue, avec son anémomètre et ses manches à air. Plusieurs sentes permettent d’y accéder. On peut, soit gagner la ligne de crête, soit monter directement au sommet.
Du sommet (table d’orientation), suivre vers l’Est le GR 9 qui traverse les crêtes. Le sommet de la Ste Victoire est enfin atteint après 2h30 d’ascension, au-départ du parking de St Ser, à l’altitude de 1010m, d’où la vue vers l’Ouest permet de voir, l’éperon rocheux du Bau de l’Aigle et le promontoire du Bau des Vespres, jusqu’à la croix de Provence. Nous arrivons au Garagaï de Cagolou, immense puits naturel qui s’enfonce dans les entrailles de la Ste Victoire. Ce gouffre impressionnant est situé en contrebas de la crête sur le versant Nord et mesure près de 15 m de diamètre de 15 m de profondeur, possède 2 puits verticaux de 10 à 25 m qui conduisent à une grande salle. La roche calcaire de la Ste Victoire est entaillée de nombreuses fissures creusées par les eaux de ruissellement, sans l’action de rivière, mais simplement par l’eau de pluie, qui a dissout les parties tendre de la roche. Le Gouffre du GaragaÏ de Cagolou est un bel exemple de puits de dissolution, en constante évolution. Descente à moins d’1 km à l’Est du Pic des Mouches par le balisage marron à moitié effacé, ce sentier ne ferait plus partie des sentiers balisés, bien que son tracé soit encore bien visible. Nous découvrirons successivement le Gouffre de la Cheminée à droite du sentier au début de la descente, juste obstrué par un petit tronc de chêne (attention de ne pas y tomber), puis plus bas le Gouffre Batail sur votre gauche (une grotte avec un puits à l’intérieur, (là aussi faites attention), descente par le sentier ancien balisage marron qui permet de rejoindre le vallon de l’Aigle, complexe et peu évident, qui se faufile par combes et escarpements, dans un environnement sauvage très varié. Si vous avez de la chance vous pourrez découvrir l’entrée de la grotte de la Cloche petite ouverture d’1m sous les branchages, à 50m de la bifurcation du sentier avec de belles concrétions en draperie. C’est ensuite la descente tout droit dans le vallon de l’Aigle qui rejoint la piste forestière de Latour-Decomis en bas, puis le retour par les vignobles de Puyloubier sur le parcours de Bramefan, jusqu’au Restaurant de St Ser dans un cadre magnifique verdoyant au pied de la Ste Victoire. Nous nous y arrêterons pour y prendre un pot de l’amitié avant de nous quitter et nous revoir bientôt tous ensemble sur d’autres parcours, je l’espère.
Merci aux amis aixois qui viennent régulièrement avec nous en balade, Ignace et Marie-France, à Jean et Claude qui nous ont guidé dans cette randonnée, et à Sylvie, Louis, et un autre Gérard qui étaient aussi de la partie, ainsi qu’à Armand et Michèle nos habitués.