Résumé de : Presqu'île de Crozon-Plage de Goulien-Château & Pte de Dinan-Pte de Lostmarc'h

Parcours de 14 km – Durée 4h30 + 1h00 farniente sur la plage + 1h00 déj.
Difficulté moyenne – Dénivelé 65 m – Dénivelé cumulé 490 m


C’est au départ du hameau de Goulien à l’Ouest de Crozon à l’extrémité Ouest de la presqu’île que nous nous garons sur le parking de la plage. A l’extrémité de la plage, rejoignez la route et prenez tout de suite à droite le sentier balisé à droite. Prenez le temps de suivre la côte et de visiter la Pointe de de Dinan avec son célèbre Château, l’Anse de Dinan, la Pointe de Lost Marc’h et le petit village de Dinan. Cet endroit est magnifique, et par chance vous ne trouverez pas trop de constructions, la sagesse des hommes ayant voulu préservé ces lieux mythiques. Ici les voisins sont loin, en face c’est l’Amérique…mais elle n’est pas gênante. L’air y est vif, les embruns frais, les rochers tranchants et lacérés tentent de s’opposer à l’Océan, mais celui-ci gagne toujours. Vous y découvrirez de nombreuses grottes, arches, aiguilles rocheuses taillées dans les falaises de quartz et de grès aux couleurs changeantes : du blanc au gris, grenat, vert, plissée, feuilletées, ou déchiquetées, un vrai paradis pour les naturalistes. Dans les falaises, ne troubler pas la quiétude des oiseaux de mer, tels les mouettes rieuses, les goélands argentés, les pétrels fulmar, les fous de Bassan, les cormorans,… qui y nichent ou s’y posent. Vous longerez par le sentier côtier en belvédère cette côte magnifique, avec en arrière-plan, cette lande typiquement bretonne, avec sa bruyère maritime rose, ses ajoncs épineux jaune d’or, et toute sa panoplie de fleurs multicolores, ses petits hameaux de pêcheurs en retrait de la côte et du vent. Un vrai décor de cartes postales et de légendes où l’imaginaire breton s’en est donné à cœur joie à grands renforts de Korrigans, de fantômes, d’histoires de marins, de trésors engloutis ou cachés….
Entre la Plage de Goulien et la Pointe du Château de Dinan, tout en marchant, vous ne perdrez pratiquement jamais de vue la majestueuse Anse de Dinan, et les Tas de Pois de la Pointe de Pen Hir au nord.
En arrivant à la Pointe du Château, ne cherchez pas le pont-levis ou les tourelles ! Ce château n'en n'a pas besoin... beaucoup vous dirons qu’ils l’ont vu, ne les croyez pas, c’est dans leur imaginaire, peut-être un jour de brume !!! C'est ainsi que l'on nomme cet énorme rocher relié à la pointe par une arche creusée par la mer, que l'on voit très bien de la plage de Kerloc'h, de l'autre côté de l'anse de Dinan, à chaque marée basse. Une de ses extrémités forme comme une forteresse naturelle à l'allure d'une ruine de château, avec son arc tel un pont-levis, un site de toute beauté ! Avec ses falaises déchiquetées, de petites plages de galets, le site mérite plus que quelques instants. Un petit sentier sans grande difficulté, balisé jaune au Nord de l’éperon rocheux, permet d’y descendre en franchissant l’arche et d’accéder au site. Pour les plus courageux, ils s’aventureront presque au bout, face aux embruns et aux vagues qui balaient sa pointe, d’où ils auront une vue magnifique sur l’anse et la Pointe de Dinan, la pointe de Pen-Hir et ses Tas de Pois. Retour sur le sentier côtier et poursuite vers la Pointe de Dinan, la 2ème avancée dans l’Océan à cet endroit. De là, vous pouvez admirer l'arche naturelle du mystérieux château géologique de Dinan, qui fait la célébrité de la Pointe du Château. Nous reprenons notre chemin en direction du Sud et nous arrêterons pour déjeuner dans le petit hameau de Kerguillé, ancien village de pêcheur puis nous poursuivrons sur le plateau de Ménez an Aod, dominant la mer de ses 60m, à travers la lande bretonne avec de magnifiques points de vue sur la côte découpée, faite d’une succession de plages de sable rose ou blond selon la lumière ambiante, de barres rocheuses déchiquetées, plissées ou feuilletées au couleurs blanche, noires grenat ou verte selon les roches qui les composent. Les bruyères maritimes, rose et les ajoncs, jaune d’or, à cela on ajoute les fleurs multicolores qui parsèment la lande, ça donne un magnifique tableau dont s’inspire de nombreux peintres se sont inspirés. Un véritable enchantement pour le photographe que je suis.
Nous ferons une pause juste après au bord d’une magnifique plage de sable rose,à marée basse et découvrirons, tout près dans la barre rocheuse qui la borde, une magnifique arche, failles, roches feuilletée aux couleurs extraordinaires, recouvertes de moules par milliers, et même une piscine…
Après cet intermède, nous gravissons l’autre versant de la combe en direction de la Pointe de Lost Marc’h. Aux environs de 500 avant J-C, en cas de danger momentané, les Celtes se réfugiaient sur des camps retranchés, c’est l’exemple même de celui de l’éperon barré protohistorique de Lost Marc’h. C'est un système de défense qui date de l'âge de fer. Les deux barres à la base de cette pointe qui s'avance dans la mer, sont deux énormes levées de terre, au sommet desquelles étaient probablement dressées des palissades. Derrière ces protections se réfugiaient les populations locales en cas d'agressions ennemies. Il reste sur la pointe les vestiges de l'abri douanier, édifié au XVIIème siècle. Sur la crête, derrière nous se trouve, le plus grand des mégalithes des alignements de Lost Marc'h. Situé sur la colline de Lost Marc'h, à 200 m du village, il existait un grand alignement de menhirs qui furent détruits au début du XXème siècle. De longues lignes parallèles ou perpendiculaires y avaient été tracées à travers la lande. Ces menhirs, dont un de grande taille, est le seul témoin de ce qui fut sans doute ce grand alignement lié au cycle astronomique et au rythme des saisons, visible de très loin, de la mer, comme des terres. Il mesure près de 3 mètres de haut et est la dernière pierre debout d'alignements beaucoup plus importants, dont vous verrez quelques traces aux alentours. Il domine l'éperon barré et la plage de Lost Marc'h. Retour par l’intérieur des terres, en traversant le charmant village de Lost Marc’h, puis celui de Kernaléguen, avant de pénétrer dans la lande et la pinède de l’arrière-pays. Malgré un sentier bien balisé, nous éprouverons quelques difficultés dans les chemins boueux, pour franchir des tourbières. Après quelques détours, nous rejoignons la petite route D308, et découvrons le beau moulin restauré de Kernogan au toit de chaume, au milieu des moutons. Un beau cadre champêtre. Nous gagnerons et traverserons le petit village de Dinan (ne pas le confondre avec la ville de Dinan, dans les Côtes d’Armor). Un ancien village de pêcheurs, un véritable havre de paix, à 2 pas de la mer, aux maisons de granit, volets colorés, toitures ardoisées, murets d’enclos de pierre sèche, et jardins fleuris, eh ! Oui, il reste encore quelques endroits comme ça en Bretagne. Poursuite à la sortie du village à gauche vers Kernavéno, pour rejoindre notre point de départ, la plage de Goulien, endroit rêvé pour les surfeurs pour ses beaux rouleaux.