Résumé de : Presqu'île de Crozon-Pte des Espagnols en voiture & poursuite par la visite de Roscoff

Tour de la Pointe des Espagnols en voiture 15.06.2013
La pointe des Espagnols se trouve au nord de la presqu'île de Roscanvel. De là, vous longerez la côte de la baie de Roscanvel, jusqu’à la Pointe des Espagnols. Belles vues sur l’Ile Longue, base des sous-marins nucléaires français et sur les petites îles de Trébéron et des Morts ! De la pointe, une falaise de 60 mètres de hauteur vous offre une belle vue d’où vous dominerez le fameux goulet et toute la rade de Brest. Puis vous cheminerez le long de la côte Ouest plus sauvage et plus découpée. Elle abrite d’anciens forts bâtis en bord de mer sur quelques pitons rocheux.
Dominant la rade, vous pourrez presque toucher Brest du doigt. Il faut dire que le goulet n’excède pas 1,8 km et les impressionnants remous à vos pieds traduisent la force du courant. La pointe se prolonge vers le nord-est par le rocher de la Cormorandière, marqué d’une perche. Empruntez la route pittoresque qui fait le tour de la Roscanvel en longeant la mer et profitez d’une vue à couper le souffle sur l’un des plus beaux paysages du Finistère.
Historique sur la Pointe des Espagnols
Éperon rocheux culminant à 65 m, la pointe des Espagnols offre un panorama exceptionnel sur la rade de Brest, l’étroit goulet, la cité du Ponant et son port militaire. Haut lieu touristique de la presqu’île de Crozon, située sur la commune de Roscanvel, elle doit son nom à une bataille qui débuta au printemps 1594… Imaginez-vous au printemps 1594. Une armée composée de 3 000 Français, 2 000 Anglais, 300 arquebusiers à cheval, et 400 gentilshommes, attaquent le fort tenu par 400 Espagnols armés de canons. Les batailles sont rudes et ce n’est qu’en novembre que le fort tombe. Il est rasé et la pointe devient celle des Espagnols. Hautement stratégique, ce promontoire est ensuite aménagé par Vauban (la batterie basse) ou Napoléon III (le fortin), tandis qu’on y observe encore des vestiges de casemates, de la IIIème République ou des batteries anti-aériennes allemandes durant la Seconde guerre mondiale.
A voir aussi :
le joli petit port du Fret, puis vous longerez la grève de la rade de Brest avant de vous enfoncer dans les sous-bois et de découvrir les vieilles maisons de Saint-Driec avec son drôle de moulin avec un chat perché...
La Pointe de Lanvéoc, sur la côte nord de la presqu’île de Crozon, borde à droite l’anse du Fret. Au fond de la baie, l’île Longue se profile… Au milieu de la côte nord de la presqu’île de Crozon, la pointe de Lanvéoc, dont le sommet culmine à 54 mètres, occupe une position stratégique. En légère saillie, elle est séparée de l’île Ronde et de la pointe de l’Armorique, en face, côté Plougastel, par une passe de 3 500 mètres de large, qui donne accès à l’extrême fond de la rade et à l’embouchure de l’Aulne. Ainsi, cette position géographique permettait d’interdire le passage de la passe, en croisant les feux avec les batteries de l’île Longue d’une part, de l’île Ronde et du fort de l’Armorique, d’autre part.
Au sommet, ne manquez pas le château fort d’origine moyenâgeuse qui a été reconstruit au 18ème siècle. La tour des remparts donne accès à un belvédère aménagé offrant l'un des plus beaux points de vue de la presqu’île sur la rade de Brest.
La Pointe de Pen ar Vir, un belvédère en rade de Brest.
Abritant l’école Navale de Lanvéoc des vents d’ouest, la pointe est un excellent point de vue pour admirer la rade Brest et les bateaux qui la sillonne. Cette avancée est ponctuée d’un amer.
Accès : à Lanvéoc, prendre la rue de l’Aviation vers l’est. Au rond-point, prendre le Boulevard de la Marine, puis rue du Poulmic. Tourner ensuite à gauche et entre dans le hameau de Kertanguy, puis passer le village de
Penzer avant de tourner à gauche. Il faut faire environ 1,5km à pieds pour y accéder.

Roscoff ville portuaire du Pays du Léon, dans le Finistère, au Nord de la Bretagne.
Source infos : http://www.roscoff.fr/-Histoire-de-la-ville-.html

Ancien havre de corsaires d’où partirent les Johnnies vendre leurs oignons rosés, Roscoff (Rosko en langue bretonne), homologué « Petite Cité de Caractère », est une petite ville balnéaire qui a conservé son patrimoine architectural des XVIème et XVIIème siècles, doublée d’un important port de ferries, desservi par Irish Ferries et Brittany Ferries, qui y a son siège, et qui proposent des départs pour les îles Britanniques ainsi que l’Espagne.
Son estran, balayé par des marées, abrite une diversité biologique propre à deux écosystèmes d’algues frontaliers dont l’étude, en 1872, est l’origine du premier pôle européen de recherche et d’enseignement en biologie marine, la Station Biologique de Roscoff.
Recherché pour ses embruns iodés et la douceur d’un climat maintenue par un courant marin qui ne varie qu’entre 8 °C et 18 °C, Roscoff est aussi un séjour de postcure qui a vu naître le concept de centre de thalassothérapie en 1899, l’institut Roch’Kroum, et propose, outre une maison de vacances médicalisée, la clinique Kerlena, un hôpital hélio marin de référence fondé en 1900, le Centre de Perharidy. L’Île de Batz est desservie par des vedettes à départ du vieux port de Roscoff.
A l’origine, Roscoff était un tout petit village voué à la pêche côtière puis au commerce maritime.
Vers 1400, il prend son emplacement actuel et construit un vrai port de transit et de relâche. Les Roscovites sont déjà exportateurs, ils construisent et s’enrichissent.
Vers 1500, les plus fortunés lancent la construction de l’église sur une dune. Le commerce périclitant en raison des guerres, ils deviennent corsaires au service du roi, afin de maintenir leur fortune. Port de contrebande après 1750, la moitié de la population n’en est pas moins paysanne lorsque survient la révolution. Le climat exceptionnel leur permet d’allier la terre à la mer.
En 1790, Roscoff se détache de Saint-Pol-de-Léon (commune voisine) et entreprend d’élire sa première municipalité. A la fin du XIXème, l’arrivée du chemin de fer et des premiers "touristes" coïncide avec les débuts de la vocation santé de Roscoff (thalassothérapie notamment) jetant ainsi la base des activités du XXème.