Résumé de : Refuge de Bachimana-Espagne GR11+GR10-Refuge des Oulettes de Gaube

Résumé 131-Refuge de Bachimana-Espagne GR11+GR10-Refuge des Oulettes de Gaube-65 le 21.07.13

Parcours 14.7 km – Durée 10h00 + 1/2h déj.
Dénivelé #+1000 m - Alt.maxi 2591 m - Alt. mini 1850 m
Altitude départ 2175 m – Altitude à l’arrivée 2151 m.


Une belle journée s’annonce, mais la météo communiquée au refuge n’est pas des plus gaies. Orages en fin de journée, c’est pourquoi le départ est très matinal, 6h30, et la journée s’avère difficile par son parcours. Après renseignements pris auprès des responsables du refuge, la semaine dernière un groupe a mis 16h pour rallier les 2 refuges. Il a été préconisé à notre guide Pierre, un parcours sur le versant Est de la Caldarès, un ancien sentier de berger avec moins de dénivelé, évitant de descendre jusqu’à Banos de Panticosa et d’effectuer toute la remontée ensuite vers les Lacs et Col de Brezato, par le GR11, Espérons que nous ferons mieux.
Contournement du Refuge par le Sud, le cheminement permanent en versant Est du Ravin de la Caldarès. Au départ des petits cairns balise le sentier, nous suivons scrupuleusement ceux-ci, découvrons d’abord un tunnel canal d’eau, puis un aiguier (source couverte par une petite cabane en pierre). Sur ce parcours, sa 1ère partie, est une autre façon de rejoindre le GR11, menant au Col de Brazato, mais quel panorama sur la vallée du Rio Caldarès, le Lac et les Bains de Panticosa. A partir de là, nous n’allons pas suivre à priori le bon chemin sur notre gauche, mais un autre sentier balisé, à droite, qui chemine en balcon sur un versant très pentu, descendant progressivement jusqu’au petit Lac de Lumiacha au milieu des pins. Nous apercevant de notre erreur, en descendant trop bas, nous remontons au pied de la barre rocheuse, passage difficile dans les rochers, franchissement d’une conduite forcée pour arriver finalement à une galerie technique, avec un puits d’aération de cette conduite forcée qui chemine le long de cette falaise. Ça devient alors facile, car c’est comme un sentier qui nous permettra d’atteindre après la traversée d’un éboulis rocheux, le GR11. Il n’y a plus qu’à suivre le sentier, jusqu’à la retenue du Lac de Barrage du Brazato Inférieur (Bajo-2278 m). Un arrêt bien mérité avant de monter au Col de Brazato. Maintenant nous sommes sur le GR11 bien tracé, sur la rive gauche du lac, qui nous offre un point de vue superbe. Ensuite le sentier monte en lacet et prend de la hauteur à flanc de montagne à découvert. Il mène au ressaut d’une cascade, derrière lequel, on trouve les hauts lacs de Brazato (Ibones Altos de Brazato-2470 m) en partie recouverts de glace. Le sentier traverse ensuite un pierrier pour mener au Col de Brazato (2490 m) Un magnifique panorama de lacs (Serrato et Lavaza), d’un bleu azur, partiellement gelés, sous un ciel bleu ensoleillé, nous sommes tous en tee-shirts. Nous poursuivons en direction du Col de Batanes (2566 m). C’est le point de bascule de la randonnée. Nous avons face à nous l’enfilade de la vallée de Batanes et juste en face, majestueux, une vue magnifique sur le Vignemale et son versant Ouest. Nous entamons la descente relativement facile malgré la neige, passons sur la gauche des 3 lacs de Batanes, franchissons un pont de neige sur le torrent de Batanes, avant la disparition de la neige. Nous nous arrêterons un peu plus bas pour une pause déjeuner bien méritée. Au pied de la Cresta de los Buitres, les couleurs changent, le l’herbe verte remplace les pierriers et la neige, les fleurs et le vaches les alpages colorent le paysage, mais le temps se gâte progressivement, le ciel se couvre de nuages gris, les sommets disparaissent dans la brume, ça s’annonce mal. En bas du vallon d’Azul, en balcon au-dessus du torrent Rio Ara, face au Massif du Vignemale (3298 m), nous prenons plein Nord sur la gauche, pour remonter ce long vallon qui va nous mener au Col des Mulets (2591 m). Au début passage sur des alpages sur le côté gauche en remontant le torrent, puis aux ponts de neige, plus haut vers 2200m, nous le traverserons, pour continuer l’ascension sur l’autre rive. Nous hésiterons à passer par le Col des Oulettes, mais Pierre nous en dissuadera, car plus difficile. L’orage menaçant vraiment, au-dessus du Pic d’Arratille et du Pic des Oulettes, le tonnerre gronde, le ciel s’obscurcit, les éclairs illuminent le ciel, ce n’est pas le moment de s’éterniser. La montée au Col des Mulets, bien que régulière est longue. Nous pressons le pas, mais la pente augmente progressivement jusqu’aux rochers, puis nous prenons un grand névé par le travers, pour arriver enfin au col des Mulets. Au sommet, nous nous équipons, vite, car la descente va se faire sur la neige qui recouvre une grande partie du vallon. Nous parcourons à peine 500 m, qu’un orage de grêle nous surprend, nous enfilons rapidement les capes et poursuivons la descente. Heureusement, ça se calme après 5 mn, 500m plus loin, la neige disparait et c’est la descente dans les éboulis. On aperçoit bien le Vignemale à notre droite et le glacier des Oulettes qui disparait peu à peu chaque année, du fait du réchauffement climatique. Plus bas dans la descente, nous apercevons le Refuge des Oulettes de Gaube, perché sur son éperon rocheux au bout du cirque de l’ancien glacier, qui occupait il y a bien longtemps, tout le fond du vallon. Après avoir traversé le torrent du glacier, nous gagnons le refuge, 5mn plus tard la pluie se met à tomber, nous l’avons échappé belle, et 2 h00 plus tard, ce sera un ciel bleu. Le temps change vraiment vite en montagne.
Après avoir gagné nos chambres, nous offrirons un pot de départ à notre guide Pierre pour ces 3 derniers jours, passé en sa compagnie, et qui devait nous quitter ce soir, il avait encore 2h00 de marche à faire , car il devait rejoindre le lendemain un autre groupe de randonneurs. Merci encore, pour nous avoir fait découvrir, les plaisirs de la marche en haute montagne sur la neige.
Pari tenu, nous avons mis 10h00 et non pas 16h00.

Un site à voir pour des randonnées dans les Hautes Pyrénées
http://pyrando.free.fr/rando.php?typ=itin&id=84