Résumé de : Fos-sur-Mer-Vieux village-Tour des étangs-Site archéologique de St Blaise

Résumé Fos-sur-Mer-Tour des Etangs-Site archéologique de St Blaise 10.10.2013

Parcours : 18/19 Km - Durée estimée : 5h15/5h30 + 3/4h visite + 3/4h déj.
Dénivelé 65 m - Dénivelé cumulé +375 m


Direction Fos/Martigues N568- Arrivée à Fos prendre à gauche et la 1ère à droite, Chemin de la Roquette. Se garer au parking du gymnase de la Roquette. Prendre en direction des remparts de la vieille ville puis emprunter la passerelle au pied de la falaise qui conduit au Moulin d’Oli au pied de l'église Saint Sauveur, puis à l'Hauture du Château médiéval. Faire un tour de l’Hauture (parties hautes de la vieille ville) avec ses jardins et ses terrasses, l’ancienne nécropole, avec ses tombes creusées dans la roche au pied de l’église, (130 individus y furent exhumés), les jardins aménagés, les tours et remparts de défense du château… avec une vue exceptionnelle sur l’étang de l’Estomac , les anciens marais salants, la ville nouvelle, la mer toute proche, la Zone Industrielle des bassins de Fos-sur-Mer, Port-Saint-Louis-du Rhône accueillent les plus gros navires du monde : pétroliers, porte-conteneurs, minéraliers… en attente pour le terminal, valent le coup d'œil de loin. Un parcours didactique exceptionnel vous raconte au fur et à mesure l’histoire de cette vieille ville que fut Fos-sur-Mer. Redescendre par la Porte Nord du Vieux village, édifiée vers l’an 1200, vous en aurez un excellent point de vue, et rejoignez le Canal de la Jonquière, puis la Digue de l’étang de l’Estomac. Un aménagement exceptionnel a été fait par la ville pour tous les marcheurs du dimanche ou en famille, les randonneurs, les enfants…
« Aussi étonnant que cela puisse paraître, Fos-sur-Mer abrite sur ses terres un site écologique particulièrement remarquable (St Blaise), des étangs, des anciennes salines et des marais qui accueillent plus de 250 espèces d’oiseaux ainsi qu’une flore exceptionnelle. Cet endroit est le poumon vert de la ville et l’on y trouve toute une flore méditerranéenne adaptée au climat très sec de ce bout de plaine de Crau. On y trouve au printemps de nombreuses orchidées. Les oiseaux des marais y trouvent un sanctuaire et vous aurez peut-être l’occasion d’y voir : flamants roses, martins pêcheurs, grèbes huppés, grèbes noirs, hérons pourpre, mouettes rieuses, goélands, guêpiers, milans noirs... des papillons et nombre autres insectes : orthoptères et libellules pullulent littéralement ».
Vous passerez près du lieu de détente fitness pour les adultes et jeux pour les enfants, avant de passer sur la digue séparant l’Etang de l’Estomac et les anciennes salines, toujours sur le parcours didactique avec ses tableaux explicatifs sur la vie et l’histoire des étangs. Vous découvrirez la Rose des vents, un moyen de se souvenir ou de se rappeler qu’ils sont nombreux. Au bout de la digue un épaulement rocheux, le Mourre Poussiou, un affleurement du miocène marin, où se sont déposés il y a 10 à 20 millions d’années, des dépôts sédimentaires et un site où ont été découverts de nombreux fossiles marins (dents de requins, huitres, oursins, et nombreux coquillages..). Si vous avez pris vos jumelles regardez sur l’étang de l’Estomac à gauche et les Salines à droites, les oiseaux qui y vivent.
« * L’étang de l’Estomac
C’est un étang d’eau douce alimenté en eau salée par le canalet qui vient de la mer. Il fait l’objet d’un vaste programme d’aménagement. Sont immédiatement prévus des plantations d’arbres (palmiers), le réaménagement des chemins, l’installation de lieux, pique-niques, pontons sur l’eau, tables d’orientation, jeux d’enfants…
* Les étangs
Ils sont en priorité "réservés" aux espèces hivernantes. On y trouve toutes les espèces de canards (Colverts, Chipeaux, Milouins, Sarcelles, Macroules…). En été, les eaux appartiennent aux échassiers (Hérons, Aigrettes, Avocettes,Flamants roses…) qui viennent y nicher, attirés par la tranquillité et l’abondance de micro-crustacés qui constituent la base de leur nourriture.
Bécassines, Vanneaux ou Passereaux sont eux aussi, selon la saison, des habitués de nos étangs.
* Les marais
Les marais de l’Audience, situés sur le territoire occupé de la Sollac font l’objet de soins attentifs.
En effet la Sollac a choisi de valoriser les 750 hectares non occupés par ses installations industrielles en s’associant à la "Tour du Valat". Une étude a été faite par cette fondation afin d’établir un inventaire et une évaluation du patrimoine biologique. Les résultats ont été étonnants : les marais de Sollac constituent un écosystème préservé tout à fait particulier. On y trouve des prés salés, des étangs, des marais et même d’anciennes rizières ».

Lors de votre randonnée, vous pourrez observer de très nombreuses essences d’arbres, de fleurs et peut-être découvrir des espèces rares, telles que les orchidées sauvages.
Au bout de la digue prendre vers le Nord, en suivant le bord de l’étang, passage devant la table d’orientation qui vous permettra de mettre des noms sur les sites en vue. 100m plus loin prendre le sentier à droite (après les réservoirs d’eau), qui longe l’épaulement du Mourre Poussiou, jusqu’à la piste, prendre à droite, sur 50m, puis à gauche le sentier qui s’enfonce dans la garrigue et passe tout près du Cimetière de la Baume Loubière (à votre gauche), poursuivre jusqu’à la crête et la piste dominant l’étang de Lavalduc. A vos pieds la voie SNCF du TER. Un belvédère près d’une maison en ruines-1, permet de découvrir l’ensemble de ce lac à la couleur rose. Poursuivre vers la Nationale N1569, passer dessous, un peu plus loin, sous le pont de la voie ferrée, pour arriver enfin à une maison en ruines-2 datant de 1878, certainement occupée autrefois par les exploitants des Salines de cet étang. Continuer 200m, jusqu’au 1er sentier sur votre droite qui mène à la plage au bord de l’étang ; il est surnommé le Lac rose, pour sa couleur bleu rose irisé, due à la présence des petits crustacés Artemia salina, nourriture préférées des Flamants roses et d’autres oiseaux migrants. De plus cette étendue d'eau est très chargée en sel et vous pourrez admirer sur sa plage Nord les beautés minérales formées par les cristaux de sel. Un endroit unique, sauvage, magnifique… C’est là que nous ferons la pause déjeuner. Poursuite en continuant sur la bute bordant le Nord due l’étang très fleurie (Séneçon jacobée, cornichons sauvages ou Momordique : attention toxiques, asters, …) puis nous monterons sur la crête plantée de Pins d’Alep, entre les 2 étangs de Lavalduc et de Citis. En haut nous suivrons un sentier le long du petit canal de Rossueï en sous-bois, puis ce sera la remontée sur la route D51 à la hauteur du site archéologique de St Blaise.
« Cet ensemble établi à l'extrémité nord du plateau de Castillon, à proximité de la mer, un véritable oppidum, est situé au milieu d’une forêt de Pins d’Alep, et dans un environnement majestueux et des plus chargés d'histoire de toute la Provence et qui, avec le sel tiré de ces étangs, fut vraisemblablement la raison initiale de sa fondation.
Une enceinte hellénistique renforce les défenses naturelles constituées par d'importantes falaises verticales. Les plus anciennes traces d'occupation humaine remontent au Vème millénaire av. J.C. Sur cet oppidum celto-ligure, les Étrusques ont créé au VIIème siècle un comptoir et entrepris le commerce du sel recueilli sur place. La cité a connu une grande prospérité à l'époque étrusque et grecque. Elle produisait alors un sel de qualité. Elle a été un moment la concurrente de Marseille. L'oppidum a été habité jusqu'au XIVème siècle. Les derniers habitants ont délaissé la vieille cité en 1390, pour s'installer à Saint-Mitre ».

A notre grande surprise, et c’est une bonne nouvelle, l’entrée est pour le moment gratuite. Ce site balisé sera lors de votre visite, le moyen d’enrichir vos connaissances.
Nous aurons la chance de pouvoir entrer dans la Chapelle St Sauveur (le gardien nous ayant gentiment ouvert la porte, cet ensemble date du XIIème siècle. Des fouilles ont été entreprises devant celles-ci et ont permis de découvrir un ensemble beaucoup plus ancien datant du VIème siècle.
Poursuivez sur le plateau de Castillon et Castel Veyre, pour y découvrir près des ruines de la Bergerie de Graille, une nécropole où de nombreuses tombes ont été taillées dans le rocher, avant de descendre sur le Plan d’Aren. Traversez ensuite la digue séparant l’Etang de Lavalduc et celui de l’Engrenier, lui aussi, salé pour vous diriger jusqu'au plateau sommital d'où vous pourrez observer en faisant un petit détour, l'étang du Pourra. Repartir, direction Ouest, vers l’Etang de l’Estomac, au Collet de la Carbonnière-Pichoty descendre et gagnez la digue, pour rejoindre Fos, entre les anciennes tables salantes et les marais salants, sous les lignes de THT alimentant la ZI et portuaire de Fos-sur-Mer . Après la traversée du canal, ce sera le retour vers le parking du Gymnase.
Les photographes, amateurs d'ornithologie et de flore seront comblés, n'oubliez pas vos jumelles. La mer n’est pas loin, sous le soleil et même les nuages les couleurs des étangs sont magnifiques. Une très belle balade autour des étangs de Fos-sur-Mer, méconnue, bien cachée et pas très difficile, malgré sa longueur.

*Merci à ceux qui ont participé à la réalisation de ce résumé grâce à Internet, à Françoise qui a permis de compléter l'album photos, et à Raymond & Renée, qui nous ont permis de découvrir cette très belle balade.