Résumé de : Espagne-Cap Creus-du Port de la Selva au Monastère Sant Pere de Rodes en boucle

Résumé Espagne-Cap Creus-du Port de la Selva au Monastère Sant Pere de Rodes en boucle
le 18-09-2013

Parcours 15/17 km – Durée 6h00 +3/4h déj. + 1h30 de visites
(3/4h au Monastère+ 1/2h au Castel Sant Salvador de la Verdera + 1/4h sur le site archéologique de la Chapelle Santa Helena)
Dénivelé 660m – Dénivelé cumulé + m
Pour bons marcheurs. Emportez suffisamment d’eau (2l.), 2 points de ravitaillement au Monastère et au hameau de Vall de Santa Creu.


Encore plus beau que la veille, la Tramontane qui s’était levée dans la soirée d’hier, a chassé tous les nuages, et c’est sous un ciel bleu azur que nous reprenons une petite partie du parcours de la veille pour gagner le petit village de « la Selva del Mar », situé à 2 km de « Port de la Selva ». Après un tour du village, passage devant ses anciennes tours de défense médiévales, de son église sur la place du village, nous remontons en rive droite le long du « Ru Lledoners » sec en cette période, alimenté par la dite source miraculeuse (voir résumé de la veille). Le sentier vers « Sant Père de Rodes » et la « Chapelle Sant Sébastià », est bien indiqué à droite, il suffit de suivre. Après 200 m de montée et passage le long du cimetière, nous découvrons la « Chapelle Sant Sébastià » que nous avions aperçu hier en arrivant au village. Elle a été construite entre les XIIème et XIVème siècle, par la congrégation de Sant Père de Rodes. Nous nous y arrêterons quelques minutes à l’ombre. Ensuite, nous allons remonter tout d’abord dans le lit ombragé sous les chênes verts du ruisseau « Rec dels Gatiens, jusqu’à un abreuvoir placé pour les animaux. Ensuite ça grimpe, grimpe en plein soleil, c’est
une très belle ascension par un sentier monastique pour arriver à l'imposant monastère plus que millénaire de « San Pere de Rhodes » et ensuite à la très belle église de « Santa Helena », un peu plus loin. C’est dans un paysage de garrigue, avec quelque figuiers de Barbarie, et un beau point de vue sur la vallée de « Sant Roma », la cave viticole du « Mas de l’Estela », vu hier, la belle Hacienda du « Mas d’en Batles »…Un arrêt au parking (car on peut y monter par la route en voiture), pour se rafraîchir et admirer le panorama. Une allée empierrée permet d’arriver au monastère de San Pere de Rodes (visite facultative). C’est au-dessus du monastère que nous ferons la pause déjeuner à l’ombre des arbres.
Histoire du Monastère Sant Père de Rodes
« Le monastère de Sant Pere de Rodes ou (Rhodes) est un monastère bénédictin situé dans le Nord-est de la communauté autonome de Catalogne, province de Gérone en Espagne. Il est construit sur le flanc de la montagne de Verdera, en contrebas des ruines du château de Sant Salvador de Verdera qui lui offrait sa protection, avec une vue exceptionnelle sur la baie de Llançà et El Port de la Selva, au nord du Cap de Creus. On ignore l'origine du monastère, ce qui donna lieu dans le passé aux spéculations et aux légendes comme celle de sa fondation par des moines qui y seraient venus avec les restes de Saint Pierre et d'autres saints qu'ils voulaient protéger de la profanation par les hordes barbares qui arrivaient sur Rome. Le danger des envahisseurs passé, le pape Boniface IV aurait alors ordonné de construire le temple. La première documentation officielle de l'existence du bâtiment date cependant de l'année 878. Il est mentionné une cellule monastique simple consacrée à St Pierre. Il faut attendre l'année 945 pour que le lieu soit considéré comme un monastère bénédictin indépendant. Il atteint son apogée entre XIème et XIIème siècles. C’est dans le dernier quart du XIIIème siècle, que sont réalisés, l’agrandissement et la fortification par les comtes Emporitans, pour devenir le "Château de San Salvador". Une église monumentale y a été construite dans l'enceinte du château au cours de la première moitié du XIème siècle et le château est devenu un sanctuaire. Cette église est de style roman, connue aussi sous le nom de Santa Creu de Rhodes, sa première construction date du IXème siècle. À la fin du XIXème siècle, elle a été abandonnée et a été soumise à la spoliation. Le bâtiment est un des meilleurs exemples de l’art roman catalan : derrière la tête se trouve un clocher de trois étages. Au milieu du Xème siècle, une abside trapézoïdale, après une tour est construite. Cette abside est couverte d’une voûte. Dans l’abside principale, il y a une fenêtre décorée avec des carreaux de couleur rouge. A l’intérieur des absides, il y a des restes de peintures murales qui forment une quadrille de tableaux blancs et rouges. La plus importante réforme a eu lieu dans les XVIème et XVIIème siècles: deux chapelles latérales et de nouvelles voûtes. La tour est l’élément le plus caractéristique de la construction. Elle a 2 étages. Le cloître du XIIème siècle est la partie centrale. Autour de lui, se répartissent les autres édifices. L'église, consacrée en 1022, de style roman, est sans comparaison avec les canons de son temps. Il y a trois nefs délimitées par une double colonnade avec chapiteaux d'influence corinthienne. Les colonnes adossées aux piliers proviennent d'une construction précédente. La grande nef centrale est splendide, avec un déambulatoire dans l'abside, qui semble être continuée par les deux nefs latérales. Il y a une crypte sous l'abside. L'église, qui synthétise avec originalité une série de courants architecturaux, comme le carolingien, le préroman et les constructions romaines, est considérée comme l'une des principales représentantes de l'architecture romane en Catalogne. Le clocher carré du XIIème siècle est d'une influence lombarde du siècle précédent. À son côté, une tour de défense, ou tour de l'Hommage, a probablement été commencée au Xème siècle avant de passer par un long processus de construction et de modifications au fil des siècles ».De nombreux jubilés y sont célébrés jusqu'à sa décadence au XVIIème siècle. Son importance croissante en fit un lieu de pèlerinage de l'époque. À partir du XVIIème siècle, il est pillé et en 1793, il est abandonné par la communauté bénédictine qui part d'abord à Vila-Sacra puis à Figueras en 1809, jusqu'à sa dissolution ».
Avec le dépliant de la visite, faites un tour du monastère et vous y découvrirez, l’ancienne source, aiguier et le lavoir en ruines. Après la visite cette fois, c’est Gérard (moi cette fois, qui de l’avis du Général, mais où il est celui-là qui donne des ordres ?) demande si nous ne pourrions pas monter jusqu’aux ruines du « Château de la Verdera » situé à 1/4h juste au-dessus du monastère. La pause de midi ayant permis de récupérer des forces, c’est par un petit sentier qui part au-dessus du monastère dans un sillon, que nous abordons l’ascension, qui petit à petit nous permet de découvrir la vue magnifique que pouvaient avoir les habitants du château. Nous ferons un tour des ruines de ce château d’où la vue porte à 360° sur le « Cap Creus, Roses, la Baie de Port de la Selva… ».

« Le château de Verdera (ou San Salvador de Verdera ou plus souvent simplement San Salvador) est une forteresse médiévale située au-dessus de San Salvador Saverdera, 670 m au-dessus du niveau de la mer, le plus haut sommet de la montagne de Rhodes 660 m (il tire son nom de la montagne de Verdera), il fut construit, sur le haut du rocher du IXème siècle jusqu'à la fin du XIIIème siècle ».
Ce sera ensuite la descente par le même chemin, jusqu’au monastère où nous emprunterons l’allée empierrée, qui va nous conduire sur une colline dans la Sierra de Verdera, avec d’excellentes vues sur la baie du village « el Port de la Selva » et où se trouve, solitaire, une grande représentante de l’art préroman catalan, l’église de « Santa Helena de Rodes », elle se situe sur le ruines d’un ancien hameau « Santa Creu ».
Histoire de l’Eglise Santa Helena de Rodes
« Bien que traditionnellement la date de bâtiment de cette ancienne église soit considéré du Xème siècle, des fouilles menées en 2007 ont révélé l’existence d’un cimetière entre le VIIIème et le IXème siècle. L’église a subi au fil de sa vie un certain nombre de changements importants. A l’origine, dans le IXème et Xème siècle, elle était composée d’une nef unique, les nefs latérales ont été ajoutés plus tard, ainsi que le clocher caractéristique sur la façade. L’église de Santa Helena de Rodes est également connue par son nom d’origine, la Santa Creu de Rodes (La Sainte Croix de Rodes) en raison du petite village où elle était. On peut encore y voir les vestiges, sous la forme d’arcs et des murs des maisons. Ce noyau ancien a été abandonné au cours du Moyen-âge, il semble que pour fonder le quartier de la Santa Creu à Majorque, mais aussi il fut fortement dépeuplé au 1345, en raison de la Peste Noire. En tout cas, l’église a perdu son statut de paroisse en 1572, un fait qui explique le niveau de dépopulation que le village avait alors. En 1880, elle fut définitivement fermée. L’église, comme le monastère voisin de Sant Pere de Rodes, a été à plusieurs reprises cible du pillage, surtout en époque de guerres, et se trouve actuellement dans un état de restauration. Aujourd’hui c’est un oasis de spiritualité pour les voyageurs avec une vue imprenable sur la mer, le monastère voisin et le château de Sant Salvador, est un excellent belvédère de toute la région ».

Retour jusqu’au monastère, où nous allons prendre le sentier juste en dessous près de la fontaine « Font dels Montjos » qui rejoint en contrebas la route montant à la chapelle Elena, la traverser, poursuivre le sentier qui descend à travers la verdure cette fois au pied de « Roca Llarga » jusqu’au petit village-hameau de » La Vall de Santa Creu ». Ce petit village est situé dans une vallée profonde du Cap de Creus, sur le versant Sud de la Sierra de la Verdera, isolé et presque arrêté dans la période médiévale dans laquelle il a été créé. Les vues de ce village, depuis la colline, dans la solitude, sont superbes.
« L’origine de sa population est liée au monastère de Sant Pere de Rodes, bâtiment avec lequel le noyau est encore connecté par une piste forestière. En effet, les moines ont donné cette terre aux habitants de la vallée, dont dépendait le monastère légalement (n’oublions pas que nous parlons de l’époque féodale), en échange d’une redevance annuelle. En 1787, sur ordre du roi espagnol Carlos III, et en plein déclin du monastère, la Vall de la Santa Creu est devenue une partie de la municipalité de El Port de la Selva. La descente du haut de la vallée se fait dans un silence de plomb, aujourd’hui, le village avec ses ruelles étroites se compose d’une trentaine de maisons, en pierres beaucoup dont d’entre elles, ont été restaurées, mais qui conservent encore leur charme médiéval. Les habitants ont vécu de l’exploitation de leurs vergers, vignes et oliviers, dont beaucoup sont encore plantés dans leurs champs. À son apogée, la Vall de la Santa Creu hébergeait une population de 200 âmes, mais la plupart des maisons d’aujourd’hui sont des résidences secondaires, un village tranquille dans un cadre idyllique, pour combien de temps encore ? ».
Après rafraichissement au point d’eau potable et un tour dans le village nous poursuivons notre descente par le vallon verdoyant de la « Riera de la Vall ». Près du bord de mer à la route côtière, prendre à gauche une centaine de mètres, puis à droite le long du camping du Port de la Vall, jusqu’à la mer. Là prendre le sentier empierré côtier qui va vous faire découvrir de magnifiques criques et petites plages cachées, avec une vue superbe sur la « Baie et le Port de la Selva ». Poursuivez jusqu’à la « Punta et Far de la Sarnella » que l’on pouvait apercevoir des hauteurs de la « Verdera ». Nous nous arrêterons dans une petite crique pour détendre, faire trempette pour certains et se baigner pour d’autres, un rêve tant attendu après cette très chaude journée. Nous regagnerons par la côte et la plage le « Port de la Selva » pour une 2ème nuit à « l’Hôtel Restaurant Sol y Sombra ».
Une journée exceptionnelle dans des paysage variés avec un retour dans le temps.

Merci à Alex Rigola https://plus.google.com/112572324707563493835/posts
blog.costabravas.fr/la-vall-de-la-santa-creu/
pour toutes les informations recueillies sur son blog.‎