Résumé de : Alleins-Le Vieux Vernègues et ses alentours

19/20 km Dénivelé : 237 m Dénivelé cumulé : 627 m
Durée : 5h30 + 1/2 h pour déjeuner + 1/2 h à 1h00 de visite.
Parcours sans difficultés si ce n’est la longueur.


Alleins est un village provençal dans les Bouches du Rhône, dans le canton d'Eyguières, tout près de Salon-de-Provence et de Mallemort, dans la Vallée de la Durance, calme dans lequel il fait bon flâner près de ses fontaines, ou dans les ruelles ombragées, au pied des ruines de son château.
« C’est sous un soleil éblouissant que j’arrivais ce matin dans ce petit village qui semblait se reposer sous sa Tour-Clocher. J’aurais pu croire que c'était un trou perdu, situé non loin de ce pont qui traverse la Durance et qui relie le Vaucluse aux Bouches du Rhône. Pourtant c'est un beau village tranquille, seule gêne pour ses habitants, le TGV qui passe dans la vallée. Ce village sympathique se chauffe au flanc de la colline. Dominant les vieux toits de tuiles, le château fait le charme du village. En plein été, pendant la sieste, on doit entendre les cigales chanter joyeusement. Allez visiter Alleins, vous ne serez pas déçus... ».
http://www.alleins.com
Il est 9h00, quand je quitte mon véhicule garé sur la place de la fontaine au pied de la Tour Clocher d’Alleins.
Pas un nuage dans le ciel, un peu frisquet, mais c’est mi-novembre, il ne faut pas se plaindre.
Je passe sous le porche de la Tour et remonte la ruelle, puis en haut à droite, et un peu plus loin, j’emprunte la ruelle qui monte aux ruines du château. J’arrive devant un mur percé d’une porte monumentale avec son encadrement sculpté qui donnait accès à la cour du château. Des panneaux explicatifs présentent les lieux. Il y subsiste un mur d’enceinte percé de 7 fenêtres avec des grilles, dont 2 de style renaissance et accolée au rocher, qui fait la limite Sud du domaine, une tour-escalier datée des XVI et XVIIème siècles.
« Ce château existait au XIIIème siècle, il fut fortifié au cours du XIVème siècle sommairement et muni d'une véritable enceinte à la fin du XVème siècle. La muraille qui forme, aujourd'hui encore, le cadre quasi rectangulaire du vieux village daterait du milieu du XVIème siècle ».
De là, vous avez un magnifique panorama sur le village au Sud et la Vallée de la Durance, les Alpilles au Nord-est, la Chaîne des Côtes à l’Est et le Petit Luberon au Nord. Je redescendrai par le même sentier et déambulerai dans les ruelles anciennes du village, en passant devant la Chapelle des Pénitents blancs dont la façade date de la fin du XVIIème siècle, l’église paroissiale face à une belle fontaine. Je prendrai la rue sur la gauche de l’église, sur 100m, puis à droite la ruelle sans issue face à la colline. C’est le départ d’un des nombreux sentiers de randonnée, qui grimpent au sommet du Grand Puech, à travers les Collines des Costes et de Font Couverte. La montée se fait à travers une forêt de feuillus très dense, par une ancienne piste de charrettes (il y a encore les empreintes des fers des roues dans le sol), sans trop de difficulté, avant de déboucher, sur ce qui devait être, une aire de battage, une grande dalle de pierre lisse, ceinte des restes d’un muret de pierre sèche. De là, la vue sur la Vallée de la Durance et le Luberon est parfaitement dégagée, et laisse entrevoir les très belles couleurs de l’Automne, revêtues par la nature. Je poursuivrai encore un peu, jusqu’à une sente sur la droite qui s’enfonce dans le bois de Font Couverte, et juste avant la Ferme de La Coste, (interdiction de passer), je prendrai la piste déboisée plein Sud, qui monte raide sur 300m en plusieurs gradins avant d’atteindre le plateau du Grand Puech. Il faut dire que de là, la vue est exceptionnelle, sur le Village d’Alleins en contrebas, avec son château et ses environs. On embrasse toute la vallée de la Durance avec le rempart du Luberon, le Mourre Nègre en son sommet, la ligne TGV, Pont Royal, Notre-Dame de Beauregard au dessus d’Orgon, les Alpilles à la Tour de la Vigie, Mallemort, Mérindol, Cadenet…
« Lorsqu'il a parcouru le plateau de Vernègues, depuis les ruines du château jusqu'à son extrémité nord, le promeneur découvre, offert à ses yeux, un panorama grandiose : sur fond de Luberon, du levant au couchant, de Cadenet à Cavaillon, c'est une grande partie de la basse vallée de la Durance qui étale ses champs, ses vergers, ses villages aux toitures roses. Et, tout près, au pied de la falaise, c'est Alleins dont la vue aérienne attire et retient son attention ».
Je filerai jusqu’au belvédère, protégé par une balustrade de bois avant de rejoindre plein Sud sur le plateau l’ancienne tour du Moulin à vent de Vernègues. Ce plateau fut le lieu privilégié de l’occupation humaine depuis l’époque néolithique. La table d’orientation installée sur l’ancien moulin offre une vue panoramique allant de la Montagne Ste Victoire jusqu’à l’Etang de Berre. Le mur est utilisé comme support de faïences décoratives d’un niveau exceptionnel de qualité, représentant la vue sur les 360° alentours. Elles ont été réalisées par l’Atelier J.M.Coquet de Vernègues, une véritable œuvre d’art, que je n’ai pu m’empêcher de photographier : merci.
http://www.vernegues.com/plateau-du-grand-puech.html
De là, je gagnerai les ruines du Château et Vieux Village de Vernègues. Des travaux de restauration semblent en cours sur les remparts du château, mais il est possible de s’en approcher sans trop de risques. Les ruines du château illustrent la violence des éléments, le tremblement de terre, un séisme d’une telle violence qui donne aujourd’hui, un aspect mystérieux et fantomatique.
« On se croirait presque au lendemain du tremblement de terre du 11 juin 1909, d’une magnitude 6, qui a détruit la quasi totalité du vieux château seigneurial qui s’est effondré sur les maisons du village. 46 morts (dont 2 à Vernègues) et 250 blessés dans les villages alentours. Vernègues se relèvera difficilement de ce drame qui oblige les habitants à reconstruire leur village au quartier du Jas, en contrebas ».
Juste sous le château sur la piste qui descend, je prendrai à gauche la piste forestière GR6 qui passe au pied de la colline des Clèdes, d’abord en direction du Nord, au 1er carrefour prendre à droite juste au pied d’une source fontaine couverte avec ses 2 bassins. Elle est encore utilisée, l’eau y est toujours présente.
Un peu plus loin, sur la droite de la piste, un cabanon de pierre a été restauré, et avant de rejoindre la piste, je longerai un mur de pierre sèche, d’où la vue sur le Vieux Vernègues est sans ombrages. La piste sur le plateau plein Est, gagne le plateau des Campanes. A la bascule, je prendrai à droite un ancien sentier qui serpente au pied de Puy Chauvier et gagne la plaine. Je rejoindrai par des sentiers un peu à vue le belvédère sur la ligne TGV, dernier témoignage de modernité : le viaduc du TGV Méditerranée et la plaine de Cazan.
« Nul ne peut se douter en voyant cette architecture moderne, des conflits qui ont opposé le maire de Vernègues et le négociateur désigné pour les expropriations…Vingt minutes avant minuit, c’est enfin signé. Mais avec un viaduc traité façon camouflage, une tranchée couverte, un tunnel de 400 mètres. Pour 2 kilomètres de voies, 15 secondes de TGV, un chèque de 700 millions de francs…Pas mal !!!
C’est vrai que la nuisance bruit est présente, surtout lors de mon passage en ce lieu en 1/2h, j’ai compté entre midi et midi et demi : 7 TGV.
Je rejoindrai la petite route D22b au pied du viaduc, juste avant le tunnel, et après 400m, sur cette route, j’arrive à la Chapelle St Symphorien qui date pour sa partie la plus ancienne du XIIème siècle.
http://www.vernegues.com/chapelle-st-symphorien.html
Je gagnerai le hameau de Vinsargues, puis repasserai sous la ligne TGV, le viaduc est impressionnant surtout lorsque le TGV passe dessus. Après 300m, je prends à gauche dans la plaine où son parquées des brebis, avant de rejoindre la route D22, que je longe sur 100m face à Château Bas, Domaine Viticole. A son entrée, je pénètre dans la propriété et suis le fléchage « Temple », en contournant le château et ses vignes par la gauche. Ce magnifique château date du début du XVIIIème siècle, il possède une belle enceinte, avec une Porte-Tour datée 1706, entourant son parc, avec une piscine, de belles tours à la toiture vernissée, des bâtiments où sont logés les bureaux et caves du domaine vinicole. Aujourd'hui, ce magnifique Château, à la toiture en tuiles vernissées, abrite dans son cadre exceptionnel, une exploitation viticole de renommée.
http://www.vernegues.com/chateau-bas.html
En prenant le petit chemin le long du mur d’enceinte, on peut apercevoir les restes de la margelle monolithe d'un puits antique ainsi que le contrepoids d'un pressoir de la même époque. Je rejoins les ruines du Temple de Diane et la chapelle St Cézaire.
http://www.vernegues.com/temple-de-diane.html
C’est dans ce cadre champêtre au milieu de chênes séculaires, derrière le parc du château que je déjeunerai. Je regagne l’entrée du château, prends à gauche, la D22 sur 200m, avant de prendre la large piste bordée de platanes, à droite, qui traverse les Vergers de Cazan, et qui conduit au Pavillon de Victoire, une immense propriété privée, par laquelle on accède a son château par un grand portail et une belle allée de cyprès taillés en pointe. Je poursuivrai jusqu’à la Croisée des chemins, prendrai tout doit, un sentier raccourci à travers la colline et la garrigue, qui me permettra de rejoindre la route D22b près des Condamines. 500m sur cette route, avant de trouver la Borie ronde à gradins de Naud en dessous de Vernègues. L’entrée a été condamnée et la voûte s’est effondrée. Encore 200m, le Lavoir de Naud avant l’épingle sur la droite. La source coule à 20m à droite du lavoir dans une auge de pierre.
http://www.vernegues.com/lavoir-de-naud.html
De la source, je prends la sente qui permet de couper l’épingle de la route, et gagne le village de Vernègues. Passage devant le santonnier, puis je tourne à droite de l’Eglise Notre-Dame de Lourdes.
http://www.vernegues.com/plan-vernegues.html
http://www.vernegues.com/vieux-vernegues.html

Je monte vers les ruines du Vieux Vernègues, passe devant 2 magnifiques Poneys « d’Express Poney », balades en attelage, avant d’atteindre le Calvaire. Le contourner et prendre juste au-dessus, le sentier caladé caché, qui monte d’abord au cimetière, où je ferai une petite halte, recueillement devant la tombe d’Alain, un homme très entouré. Monter les escaliers qui conduisent d’abord à la Chapelle St Jacques en ruines du XIIIème siècle, puis la rue caladées de grandes dalles de pierre, qui se termine en cul de sac, un escalier métallique permet de gagner la piste au-dessus. Je ferai encore un petit tour, dans les ruines non visitées à l’aller, du Vieux Village. Il y subsiste quelques arches de maisons et quelques caves, ainsi qu’une habitation troglodytique en dessous des remparts du château, qui ont résisté au tremblement de terre. Je reprends la piste, qui conduit au parking haut, et passe devant la Crêperie-Glacier « Le Repaire » et poursuis plein Ouest, en direction de la cabane de Constance, une ancienne voie caladée, qui mène jusqu’à la Chapelle St Jean. De là, ce sera 2 km de bitume, par la route D16, avant d’arriver au Calvaire, avec un beau point de vue sur le Village d’Alleins. Retour par les ruelles du village, très agréable, à cette heure de l’après-midi.
Il est 16h30, quand je rejoins ma voiture sur la place ombragée de la fontaine.
Fin d’une belle journée, pleine de belles images et beaux paysages, mais aussi avec en mémoire ce terrible évènement « le séisme du 11 Juin 1909 » qui a bouleversé, ou détruit la vie, en ces lieux, de centaines d’habitants.