Résumé de : AUREILLE Tour des Civadières

Aureille ce matin 2 °C, mais le soleil est là et il nous rechauffera bientôt. Du parking du stade le groupe de 14 personnes s'élance à l'assaut des contre-forts des Alpilles. Après la petite route qui mène au cimetière, suivons la piste des Opies du GR 6 à travers buis, chênes kermès et chênes verts et nous le quittons pour prendre à gauche le chemin qui mène vers les Civadières. Sur notre droite la Tour des Opies nous surplombe de ses 498m. Le sentier se redresse, l'air frais par le petit mistralet qui souffle nous fait découvrir ce massif des Alpilles illuminé sous le soleil. Au sommet, au cairn, petite pose au soleil et photo, avant de descendre par le sentier caillouteux. La vue se porte sur la plaine et dans le lointain le château de la Reine Jeanne émerge de la brume. Le castellas médiéval du XIIe siècle a appartenu à la célèbre Reine Jeanne, qui régna sur la Provence au Moyen-Age. Ces vestiges grandioses sont d’un intérêt et d’une qualité exceptionnels, bien que peu connus. A côté de ce château se trouve une autre ruine, celle de l’ancienne église du Castellas de Roquemartine. Datée du Xe siècle, son mauvais état ne l’empêche cependant pas de conserver, au milieu des broussailles, quelques belles voûtes et des murs portant encore les traces d’un revêtement ocre. Après la destruction de ce château, un autre fut construit dans la plaine et porte le nom de Roquemartine qui est aujourdh'hui un domaine viticole.  Progressant en descente, derrière nous le sommet des Opies nous surveille. Nous contournons sur la gauche les derniers rochers par un replat, puis, par petites montées et descentes successives nous nous retrouvons derrière les rochers des Civadières et cheminant à travers bois. Nous arrivons à la D 25, que l'on traverse et prenons la grande piste de la Vallongue en face. Le soleil se fait sentir et les estomacs commencent à réclamer. C'est dans un virage un peu à l'abri du vent que l'on s'arrête pour la pause, 12 h 30 tout de même!!!Un bruit de moteur qui arrive et c'est un buldozer qui s'arrête à côté d' un petit fourgon. La personne vient chercher son casse-croûte, puis repart avec son engin de chantier, en fait, il égalise et nivelle la piste, remuant, terre et cailloux, peut-être pour le passage des véhicules d'incendie ? L'abondance de friandises ne connaît bientôt plus de limites, mais que c'est bon ! Dernière petite montée et à la citerne la piste s'incline doucement. Nous allons découvrir un fabuleux panorama, de la mer jusqu'au Ventoux en passant par les crêtes des Alpilles. Retrouvons le balisage jaune qui descend vers la D 25 que l'on retraverse et parvenons à la D 25a que l'on suit jusqu'au Pas de la Figuière. Quittons le balisage et suivons une conduite enterrée, passage à la citerne et plus loin au grand réservoir et rejoignons le GR 6 jusqu'au village. Petit tour au double lavoir, maison pittoresque, épicerie fine, la tour de l'horloge, autrefois ancienne église, des oeufs dans un bac à fleurs, nous intriguent et je n'ai pas eu d'explications pour ça, puis l'église Notre Dame édifiée au XIXè siècle dont la frise sur le tympan a une oreille sculptée, mais il faut bien la chercher ! Dernier regard sur les ruines du château et les photos souvenir avant de rejoindre les voitures. Merci à toutes et à tous pour ce moment de partage.

Randonnée : 17 km - 520 m - 5 h 15

 

 

Album photos