Résumé de : LIRAC - La Ste Baume

Au coeur des Côtes du Rhône, à Lirac, nouvelle rando pour les 9 personnes rassemblées au nouveau parking à l'entrée du village. Une passerelle mène tout de suite au grand lavoir sous le platane plusieurs fois centenaire. Petite visite du village rénové, depuis notre dernière venue en 2014. A la sortie de Lirac, nous suivons la piste qui passe à Clavelade et c'est dans le sous-bois que nous montons progressivement. La vue se dégage et c'est au Roc Rouge que nous pouvons voir au loin le Mont Ventoux, le Château de la Coste et même les sommets enneigés du Dévoluy. Descente dans le bois élargi par un engin de chantier dont Nadine espère le prendre mais en vain !. Poursuite à la recherche d'un endroit pour la pause que nous trouverons à côté de la piste. Le soleil est parfois voilé mais l'air est doux, chacun (e ) s'installe pour manger. Une déferlante de friandises clôture le pique-nique, bientôt, ce ne sera plus la peine d'apporter à manger, seuls les desserts suffiront !!!Nous repartons par un petit sentier pour aboutir sur une grande piste bordée de fleurs de soucis, les premières narcisses de Requiem, comme à St Hilaire d'Ozilhan, un régal pour les yeux. Suivons les panneaux indicateurs allant vers la Ste Baume. Nous ferons deux aller-retour pour voir l'entrée des grottes de la Figuière et celle de Cabias. Puis c'est l'arrivée sur le site de la Ste Baume et de l'Ermitage. En 1647, Joseph Queyranne, habitant de Lirac, trouva dans un petit trou du rocher, une image de la Sainte-Vierge tenant son fils sur le bras droit. Cette découverte amena l'archevêque à ordonner la construction d'une chapelle et donna un nom à la statue : "Notre Dame de Consolation". Joseph Queyranne qui, à la suite de cette découverte parut guéri d'une forme d'épilepsie, fit le voeu de vivre dans la grotte en ermite. Un ermitage fut construit, puis agrandi en 1712. On venait à la chapelle implorer la guérison des malades. Quelques temps après, souffrant de solitude, l'ermite retourna au village. Pendant longtemps, on montait à la grotte de la Sainte-Baume par des sentiers. Ce n'est qu'au XIXe siècle que l'on a aménagé la route actuelle. D'ailleurs, jusqu'à cette époque, on accédait à la grotte uniquement par l'ermitage. À l'intérieur, un escalier, différent de l'actuel, permettait d'arriver directement à la grotte. Il a été remplacé par le couloir d'accès, creusé vers 1880, un peu plus haut, utilisé de nos jours. La grotte mesure de 25 m à 30 m en profondeur et une quinzaine de mètres en largeur. Actuellement, deux pèlerinages importants témoignent de la permanence et de la vigueur de la foi et de la dévotion envers Notre-Dame : chaque lundi de Pâques et le 15 août, pour la fête de l’Assomption de la Vierge Marie. Redescente du site en  direction de Lirac. Par la piste, ensuite, petite route bordée de vignes dans les cailloux et les amandiers tous fleuris, donnent un air printanier au paysage. Nous longeons le Nizon canalisé et retrouvons le lavoir et le platane dont les "tétons" dépassent. Retour au parking, étirements et départ pour nos domiciles. Une belle journée et le groupe toujours aussi sympathique.

Randonnée : 14,6 km - 5 h - 360 m

Album photos