Résumé de : LA BARBEN - Surfferchoix

Journée printanière à la Barben pour les 10 personnes se préparent sous un soleil radieux. Le parking au niveau des dernières maisons permet le stationnement des véhicules. Nous suivons la petite route qui mène vers les tennis et passons le petit pont au-dessus de la Touloubre. Passage dans le parking de la salle Alain Ruault et au niveau de la D 572 que l'on traverse et au niveau d'un petit parking nous empruntons la piste qui monte vers la colline. Une montée progressive à travers la garrigue embaumant le thym fleurit, les cistes roses et blancs, les fleurs de lin jaune et l'ornithogale ou Dame de Onze Heures. Vers le Vallon de l'Apothicaire passons sous les lignes électriques et poursuivons par des petites montées et descentes pour aboutir au canal de Marseille. Franchissement de celui-ci que nous allons longer pendant un bon moment. La piste nous amène au niveau de la D 572 que l'on retraverse et reprise du canal passant sous la ligne du TGV qui relie Marseille à Paris. Continuons le long du canal à travers la végétation on aperçoit la grande propriété du château de Valmousse et quittons le canal pour monter sur un petit plateau. La vue au loin sur le haut du Châtau de la Barben avec le passage de quelques trains puis nous abordons une petite descente bien pentue menant à un grand champ. L'herbe est assez haute mais douce sous nos pas. Nous franchissons la Touloubre et montons à travers bois en direction de Sufferchoix. Une tour avec pigeonnier et une maison accolée devant lesquelles une prairie propice pour la pause de midi. A côté d'un puits, une petite table et son banc pour certaines, d'autres à l'ombre d'un grand platane et les autres au soleil, chacun(e) trouve son petit coin. Un enclos avec quatre poules au milieu du champ apprécient la visite de certaines personnes leur donnat un peu d'herbe à manger. Avant de repartir, Raymond va prendre quelques photos des TGV à proximité que l'on entend passer mais cachés par une haie d'arbres. Les desserts divers avalés, reprise d'une petite route passant à côté d'un oratoire bien entretenu et nous atteignons le hameau de Sufferchoix avec une imposante bâtisse et une chapelle. Nous aurons le plaisir de discuter avec le propriétaire du lieu, qui nous explique, que cet endroit reçoit des groupes pour la méditation ou une retraite pour se ressourcer. En effet, le calme ambiant, la vue plongeante sur les collines environnantes incitent au silence. La propriété est entourée d'iris de toutes les couleurs, un régal pour les yeux. Une petite visite à la chapelle et nous descendons le petit sentier qui aboutit à une piste au lieu du Quartier de l'Homme. Une succession de montées et descentes, on se croirait sur des montagnes russes. Un petit arrêt pour voir derrière nous en haut de la colline les bâtiments de Sufferchoix et dans la brume au loin la Ste Victoire. Poursuite de la piste en faisant un petit détour au belvédère qui surplombe le château de la Barben. Des clameurs montent du zoo de la Barben où sont rassemblés les visiteurs attendant un spectacle (photos prises au zoom). Une descente bien raide dans le vallon de Maurel nous attend et c'est avec soulagement que l'on atteind le bas où coule le petit ruisseau du Lavaldenan. A l'ombre du bois nous atteignons par la D22 le château de la Barben où quantité de voitures sont garées. En ce jour férié, il y a foule. Traversée de la Touloubre où nagent des canards et à l'entrée du parc un marchand de glaces fait recette par cette chaude journée. Après les glaces et boissons fraîches, continuons sur la route qui atteind la D 572 que l'on traverse pour la troisième fois. Le calme revenu sur le plateau du Puits de Madame au milieu des fleurs nous rejoignons le petit parking du matin, dernière traversée de la D 572 et passage à nouveau vers la salle Alain Ruault et retour à nos véhicules. La chaleur était autant sur les corps que dans les coeurs, un grand merci à tout le groupe.

Randonnée ; 18 km - 5 h 15 -260 m

Album photos