Résumé de : RUSTREL -Le Colorado Provençal

Après le passage du brouillard rencontré en route, c'est à Rustrel sous un soleil rayonnant que nous garons nos voitures en bordure de la petite route vers Istrane. Nous rejoignons le camping pour le départ de notre circuit d'aujourd'hui. Quittons la route pour suivre le sentier montant, balisage jaune et suivons le panneau indiquant les Maîtres de Forges. Les côtés du chemin sont déjà bordés de hauts murs d'ocre. Au carrefour une petite erreur de parcours nous oblige à un aller-retour, mais les couleurs des parois qui nous entourent sont tellement belles, qu'elles valaient bien ce détour. Des escaliers creusés dans les rochers couverts d'ocre permettent de monter dans la pinède et par quelques trouées, on aperçoit le village de Rustrel et son château et au loin St Saturnin les Apt. Nous progressons jusqu'au plateau de la Croix de Cristol où se trouvent des champs de lavande. L'heure de la pause arrivant, c'est au bord de la piste bordée de chênes où se trouve plusieurs blocs de pierre pour s'asseoir et c'est ainsi que nous prenons nos aises pour manger. Plusieurs randonneurs ou promeneurs passent et nous envient d'avoir pris ces places, mais, ils nous souhaitent quand même bon appétit. Le festival des desserts clôturent nos repas. Nous repartons tout en admirant le panorama sur le village de Cazeneuve, le Mourre Nègre au sommet du Grand Luberon et serpentons dans les bois jusqu'à Pourras puis Pradenques. Par-ci par-là des champignons font leur apparition, mais n'ayant pas assez de connaissance en mycologie, nous nous abstenons de les cueillir. Nous passons à côté d'une assez grande ruine avec derrière celle-ci une jolie borie. La descente s'amorce où par endroits le sentier est fortement raviné. Nous rencontrons beaucoup de monde en approchant du Colorado. Il faut dire que la température est idéale pour se promener et les enfants s'en donnent à coeur joie dans ce sable coloré. Passage obligé aux cheminées des Fées, au Sahara que l'on domine et que l'on foule après une descente escarpée et un passage du gué sur la Doa qui coule bien. Nous flanons au milieu de ce décor haut en couleur sous le soleil couchant. Un dernier passage de gué pour aboutir au hameau de Bouvène. Sur la petite route des arbres nous intriguent avec leurs fruits gros comme des coings, certains sont tombés et leur odeur fait penser un peu à des agrumes. Cette espèce fut introduite en France en1812 pour son feuillage proche de celui du mûrier et dont on pensait faire la nourriture des vers à soie dans les régions trop froides pour la culture du mûrier car l'espèce est rustique et fructifie jusque sous le climat de Paris. Ces essais furent vite abandonnés et on ne le planta plus guère que pour l'ornement. Le nom commun vient de la tribu indienne des Osages qui occupait la zone où pousse cet arbre. Ce sont des orangers des Osages (nom des indiens d'Amérique du Nord). Nous voici sur la petite route qui nous ramène à nos voitures, au passage un élevage de canards nous regardent passer avec indifférence. Une belle journée automnale, riche en couleurs et un grand merci au groupe des 12 personnes pour votre conviviale et chaleureuse présence.

Rndonnée : 15  km - 5 h 40 - 380 m

 

Album photos