Résumé de : Malaucène-Du Groseau à la Montagne et Chapelle de Piaud

Parcours de 16 km: pour tous, avec une petite difficulté dans la descente, bâtons utiles.
Durée 5h30+1/2h de pause déjeuner. Dénivelé : 410 m. Dénivelé montées cumulées 600 m.


Départ vers 9h30, le temps est gris ce matin, mais la météo est clémente pour cet après-midi.
Balade à l’Ouest du pied du Mont Ventoux, au départ des anciennes plâtrières de Malaucène près du Groseau, d’où était extrait le gypse, jusqu’en 1955 ou l’activité cessa, et qui donnèrent le nom, au quartier des Gypières. Nous passerons à côté des silos, des tunnels galeries et des fours à gypse, puis emprunterons par le GR4, la Combe de Comentige, avec une montée et cheminement en forêt par le Sueil, jusqu'à la Chapelle St Sidoine. A 11h30, le soleil étant au rendez-vous, mais la température un peu fraîche, puisqu’il a neigé 2 cm au Sommet du Ventoux, nous décidons de déjeuner à l’abri sur place. La chapelle étant ouverte, nous pourrons la visiter, d’origine médiévale, ctte chapelle est déjà signalée sur la Carte de Cassini au XVIIIème siècle, la date de 1825 sur le linteau de porte est sa date de 1ère restauration ainsi que les initiales AB sur l’angle droit extérieur du mur. En 1986, quelques habitants de Beaumont-du-Ventoux décidèrent de sa dernière restauration. Il faut reconnaître que ce lieu est magique sur cette petite arête rocheuse au-dessus du Village de Beaumont. Après cette pause réconfort et un bon thé ou café, nous reviendrons en boucle sur le GR9. Retour par la piste empruntée en partie le matin avec ses collines boisées des contreforts du Ventoux, peuplées de pins noirs d'Autriche, jusqu’au carrefour du Sueil, puis nous rejoindrons la D974, au point 761, jetterons un œil du belvédère sur le versant Nord, avant de basculer de l’autre côté, dans la Combe de Brame Fam, puis celle du Grand Barbeirol. Nous rattraperons la route D974 par un bon raidillon, avant de rejoindre la Chapelle de Piaud, avec ses 3 croix devant son perron. A l'est de Malaucène, la "montagne de Piaud" est un contrefort qui se rattache à l'extrémité Ouest du Mont Ventoux. Ce curieux rocher, est situé sur la route qui mène au sommet du Ventoux. La légende raconte que l’entrée d’une grotte imaginaire etait farouchement gardée par la Chèvre d’Or, animal fantastique. Elle ne s’ouvrait qu’une fois l’an, à Noël, pour laisser entrevoir un trésor caché, mais si brièvement, que nul ne pouvait s’en saisir. Tout près, passe un chemin de croix, gravissant la montagne de Piaud pour rejoindre la chapelle du XVIIème siècle, du même nom. Couverte en lauzes taillées, elle fut l’aboutissement d’un parcours emprunté en procession pour implorer la pluie. Malheureusement nous trouverons porte close, et ce n’est que par les 2 petites ouvertures de part et d’autre de la porte que nous pourrons entr’apercevoir l’intérieur.
Nous redescendrons par le chemin de croix avec de belles perspectives sur Vaison-la Romaine, et les Baronnies, les Dentelles de Montmirail et la Vallée du Rhône. Descente prononcée jusqu’à la D974 jusqu’à l’énorme rocher dit Porte Saint-Jean aux Arémiers. Nous couperons la route une nouvelle fois, traverserons la Papeteries de Malaucène dont l’activité remontait au milieu du XVIème siècle, dont on en à largement parlé dans les médias, pour faire une halte à les Chapelle romane Notre-Dame du Groseau, un magnifique monument restauré datant des XIème aux XIIIème siècles. La Chapelle de plan carré est curieusement surmontée d’un clocheton roman décentré. Malheureusement fermée, nous ne pourrons la visiter. Nous regagnerons nos véhicules sur le parking du camping et rejoindrons l’aire de la Source du Groseau, magnifique, au pied du rocher dans un écrins de verdure sous ses couleurs automnales.
Cette source vauclusienne tiède du Groseau dans un site magnifique classé est à l'origine du sanctuaire et a dû être à l’origine d’un culte rendu aux divinités de la terre et de l’eau. L’histoire de Malaucène et de sa vallée, qui permirent l’arrosage des terres et le développement d’industries dont les noms de lieux gardent le souvenir (le Martinet, le Paradou…), ainsi que les Papeteries. Déjà à l’époque gallo-romaine, ses eaux alimentèrent la cité de Vaison-la-Romaine.
Ce sera la fin belle d’une journée automnale multicolore.