Résumé de : Fontaine de Vaucluse-Tour du Pas du Cervier

Parcours de 8km: parcours assez court mais avec des points de vues exceptionnels.
Pour très bons marcheurs, car des pentes montantes et descendantes sont assez rudes.
Bâtons et pantalon conseillés. Emportez vos jumelles.
Durée 5h00 + 3/4h de pause déjeuner.
Dénivelé : 480 m. Dénivelé montées cumulées 765 m.


Le Mistral s’était calmé, un beau soleil, un peu frais, 4°c à 7h30, alors doudounes et gants au départ.
Départ, à 9h45 du parking du cimetière de Fontaine de Vaucluse, sur la gauche de la route de Cabrières. Nous étions 4, Mauricette, Claudine, Raymond et moi, pour cette randonnée que Mauricette espérait faire. Je lui avais juste dit : RV à Fontaine. Passage devant l’Hôtel des Sources, le passage du Musée Pétrarque, l’Hostellerie du Château, traversée du pont sur la Sorgue, la Colonne Pétrarque, puis remontée en direction de la résurgence, environ 100 m, prendre la 2ème ruelle montante sur votre gauche du rond point de la colonne, direction « la Juive ». Après 300 m de route goudronnée droite, au virage, prendre la piste qui monte en face au milieu des oliviers. C’est le sentier du GR91 (pas celui de la piste du parking) qui monte à l’ancien hameau « Les Cabanes », avec ses anciennes bergeries de pierres sèches cachées sous le manteau végétal de la forêt de pins noirs, de chênes verts et de buis, avec ses terrasses aménagées de terrasses sur les flans de la montagne retenues par des murs de pierres sèches, délimitant les espaces de culture. Au 1er virage, prendre à droite le sentier, et non la montée caladée sous couvert (propriété privée), vous atteindrez après ¼ d’heure le lieu-dit « Les Cabanes », un ensemble exceptionnel construit aux alentours des XVII-XVIIIème siècles, et bien conservé de 4 cabanes de pierres sèches installées sur un site à flan de montagne, aménagé en terrasses, et accessible par des escaliers de pierres. Une 1ère cabane est séparée par une cloison avec un passage en ½ arc, une autre à laquelle on accède par des escaliers abrite une citerne creusée dans la roche et récupère les eaux d’une résurgence, avec à sa partie inférieure, l’emplacement d’une bonde et d’une petite auge creusée elle aussi dans le rocher. Ce hameau « des Cabane » un habitat saisonnier de paysans, agriculteurs et bergers, qui exploitaient ces terres difficiles, est aujourd’hui très reboisé, mais laisse apercevoir les falaises karstiques de plus de 200 m d’à pic, des piémonts des Monts de Vaucluse, dont le Pas du Cervier au-dessus de la Vallis Clausa, la vallée clause. Poursuite de la montée par le GR, on découvre une autre cabane très importante composée de 2 pièces séparées par un mur avec un arc central magnifique. Une table et des bancs de pierres sont près de l’entrée. Attention vous êtes sur une propriété privée. Encore 5 mn et on découvre dans une clairière, récemment déboisée par les forestiers une cabane de berger (borie) à la croisée de chemins. A gauche, c’est la direction vers Valescure, à droite, le sentier marqué d’une croix rouge, c’est celui difficile, mais qui monte sur le plateau de la Vache d’Or, du Pas du Cervier. C’est 3/4h à 1h00 d’ascension, ça démarre doucement puis la pente augmente progressivement, et là les bâtons sont plus que conseillés (30 à 40 %). Un coureur de Trek nous dépassera, fera l’ascension et nous recroisera à sa descente, nous le saluerons avec respect, connaisseur de ces lieux peu connus, nous lui tirerons notre chapeau… Quelques pause à de beaux points de vue sur la vallée de la Sorgue, l’aqueduc du canal de Carpentras, Saumane-de-Vaucluse, Isle-sur-Sorgue, les dentelles de Montmirail, nous permettront d’apprécier ceux-ci. Après l’effort le réconfort et la récompense au bout. A la Vache d’Or, encore une ½ de marche à travers un paysage de garrigue, la nature a repris le dessus après l’incendie de la fin du XXème siècle, qui a détruit une grande partie de la pinède. Le sentier serpente à travers les chênes kermès, chênes verts, thym, romarin, cistes, bien suivre le tracé qui suit en fait la ligne de crêtes d’où la vue est imprenable. Vous trouverez sur votre passage des « Lapiaz », de grandes dalles calcaires affleurant la surface, finement ciselées et incisées de nombreuses fentes ou disparait l’eau de pluie, très nombreuses dans les Monts de Vaucluse. Cette montagne calcaire, constituée de roche soluble est attaquée par l’acide carbonique présent dans les eaux de pluie, lesquelles élargissent petit à petit les fissures de la roche. Ainsi se constitue un réseau souterrain de cavités, appelé « karst », qui draine en profondeur la circulation des eaux. Celles-ci ressortent au pied du massif à Fontaine-de-Vaucluse, plus importante résurgence d’Europe occidentale, qui collecte la majeure partie des Monts de Vaucluse, du Massif du Ventoux et de la Montagne de Lure sur un rayon de 45 km. Il est conseillé de porter un pantalon, et non un short ou un bermuda, si vous ne voulez pas revenir tout égratigné. A midi 1/4, nous ferons la pause déjeuner à l’abri du vent, derrière les rochers près de notre sentier de descente. Nous profiterons de la vue sur le Vallon de la Font de l’Oule et le Pas du Sautet. Apéritif avec un Bergerac perlé blanc, pique-nique tiré du sac, café avec petits gâteaux, et le soleil en prime. Après cet intermède, je remettrais en place mon cairn installé lors de ma précédente visite au printemps, avec sa souche indiquant le passage pour la descente. Nous poursuivrons sur la ligne de crête plus dégagée, jusqu’à la pointe du Pas du Cervier, ou se situe les ruines d’une petite chapelle, nous profiterons de cette belle journée pour apprécier tous les tons de vert de la Vallis Clausa et de la Sorgue de ce formidable belvédère surplombant la résurgence de plus de 200 m, et toute la campagne environnante. Nous remontrons jusqu’à la croisée des chemins (mon cairn), pour rejoindre le sentier balisé jaune qui passe en dessous des falaises versant Sud du pas du Cervier. Ne pas quitter le pied des falaises presque jusqu’à l’éperon du Pas du Cervier. Après passage à travers une arête rocheuse, la descente se poursuit jusqu’à une piste en dessous de ruines de cabanes, et rejoint les ruines du château des Evêques.
Nous y ferons une dernière pause avant de rejoindre nos véhicules.
Il est 15h30, fin d’une journée, forte de sensations, un pur bonheur.