Résumé de : Caromb-Pré Fantasti-Lac+Chapelle du Paty-3 Termes-Aéropostale-Sentier Patrimoine

Parcours de 10,5/11 km - Bons marcheurs sans difficultés particulières
Dénivelé 220m – Dénivelé cumulé 465 m
Durée 3h30/4h00 + 1h00 visite sites + 1h00 pause déjeuner.

Point de départ au bord de la D13, sur un parking aménagé, à 1,5km du centre du village de Caromb, en direction de Malaucène, quelques centaines de mètres après le Camping du Bouquier, juste après le petit pont enjambant le Lauron, sur votre droite.
Départ par la petite route goudronnée en direction du Lac du Paty, après une centaine de mètres, sur votre droite, le conservatoire de la figue, riche d'une quarantaine de variétés de figuiers. Poursuite de la montée, presque au bout de la balustrade en bois, prendre à gauche un petite sentier balisé par un cairn qui va vous mener au Pré Fantasti. Durant toute la journée, suivez le balisage vert.
Ce chemin (balisage vert) se faufile entre champs de vignes et d'oliviers avant de s'enfoncer dans la pinède. Un joli petit mur de pierre sèche se présente alors que nous contournons puis nous prenons peu à peu de la hauteur. La végétation qui tapisse le blanc du calcaire est la garrigue type, alors que le paysage s'ouvre lui toujours plus, sur la plaine de Carpentras, les Dentelles de Montmirail.
Arrivée au Pré Fantasti, la maison hantée de Caromb, objet de nombreuses légendes attachées à cette ancienne demeure, notamment celle des Barberini, neveux du pape Urbain. Cette ferme maudite par le passé, fut le lieu de crimes barbares. Ne quittez pas la Pré Fantasti, sans suivre le sentier botanique. Puis, poursuivez votre randonnée en montant jusqu’en haut des Coupinottes, Pendant l’ascension, admirez la vue à 360° sur le château et village du Barroux, les contreforts des Baronnies, le Mont Ventoux, le plateau de Sault, la plaine du Comtat Venaissin et au loin la vallée du Rhône, les Alpilles et les Cévennes, les Dentelles de Montmirail en toile de fond et le fameux Mont Ventoux et le Mont St-Amand... Vous apercevrez une belle maison « italienne » semble-t-il d’après son nom, au milieu de la forêt de pins d’Alep, Puis direction, le lac du Paty en empruntant le chemin du petit patrimoine à travers bois (balisage vert).
« Havre de fraîcheur dans un paysage écrasé sous le soleil d’été, le lac du Paty est le lieu de villégiature privilégié des Carombais. Construit de 1764 à 1766 sur l’initiative du révérend père Morand, le barrage ancré dans les roches calcaires des « Conférents » retient 450 000 m3 d’eau. Cette prouesse technologique du XVIII ème siècle a fait la grandeur du village. L’agriculture carombaise, grâce au lac du Paty, n’a jamais connu les difficultés liées au manque d’eau. Aujourd’hui, l’arrosage n’est plus la vocation première du lac du Paty. La pêche, la promenade, la sieste au bord de l’eau contribuent à une qualité de vie à nulle autre pareille ».
Une passerelle se précise, puis c'est tout l'étendue du lac qui se dévoile, avec cette fois l'opportunité de longer ses rives. Après un petit tour jusqu’à la Guinguette, ouverte l’été, les locaux se retrouvant sous la fraicheur des platanes dans un lieu bien aménagé, avec tables et bancs, buvette, pour pique-niquer ou pêcher. Nous traverserons la passerelle pour monter au Rocher de la Madeleine. Ça grimpe sec sur au moins 300m, la difficulté de la journée !!! Avant de retrouver le plateau. A la croisée des chemins-La Madeleine, prendre à gauche pour contourner la Madeleine et rejoindre « les Trois Termes" sommet de la randonnée. Puis ce sera la descente par « l’Aéropostale », près de l’endroit, où un avion de l’Aéropostale s’écrasa en 1934, avec en face le Mont Ventoux qui se dresse devant nous, jusqu’au Luberon, la Vallée du Rhône et les Monts de Vaucluse. La piste se resserre faisant place à un sentier, un beau point de vue sur les Dentelles, le Mt St Amand et le Barroux de l’autre côté. Au-dessus du lac, dans la forêt de pins d’Alep, Notre-Dame de Victoire (Chapelle sauvée de la fureur révolutionnaire par son éloignement du village) protège toujours Caromb. Jadis, un ermite y habitait et il était d’usage que les habitants de Caromb viennent lui apporter de quoi se nourrir. C’est sous l’auvent de la chapelle, bien abrité du vent du Sud-est relativement chaud, que nous en profiterons pour nous arrêter, pour une pause déjeuner bien méritée. Après un bon déjeuner, bien arrosé, à notre habitude, pas besoin d’éthylotest, nous repartons en pleine forme… Nous croisons 4 danois(es) avec des VTC qui remontent, à pied bien entendu, la piste des Trois Termes, ils sont fous ces danois !!!
Nous allons maintenant emprunter le « Sentier du Petit Patrimoine Rural » Ce circuit retrace la vie paysanne du 19ème siècle sur la colline du Paty qui invite à découvrir et mesurer les exigences d'un mode de vie disparue aujourd'hui.
« Au-delà des références historiques ou religieuses, le massif du Paty est un atout touristique important pour le village, tant par la variété des espèces botaniques qu’il renferme, que par les sentiers de randonnées qui le traversent. L’architecture de la pierre sèche à Caromb est fortement liée aux activités agricoles du 19ème siècle. Les familles carombaises étaient alors très présentes sur la colline avec l’élevage de moutons, la cueillette de plantes aromatiques, la culture de l’olivier, la fabrication de charbon de bois. Sur les parcelles irriguées par les sources de la chapelle du Paty, salades et primeurs étaient cultivés ainsi que les abricotiers jusqu’aux années 1950. Pour terrasser les cultures, délimiter les parcelles, nul besoin de ciment ou de grillages, la pierre sèche est à portée de main. Restanques, murets, enclos et bories sont les témoins de cette vie rurale à parcourir tout au long de ce sentier patrimoine ».
Bien suivre le tracé (balisage vert) , de ce sentier, qui vous fera découvrir au milieu de pinèdes de pins d’Alep, d’une garrigue aux senteurs de thym, romarin, sarriette, et en sous-bois de chênes blancs, chênes verts, chênes kermès et buis, des murs de restanque, parcs à moutons, cabanes de bergers, bories, aiguiers, canaux d’irrigation... qui sont autant de "bâtis" reconstitués et qui se dévoileront au fil de vos pas, en parallèle de jolis points de vue et surtout de la fraîcheur bienvenue offerte par le lac, vers lequel nous plongerons à la hauteur du barrage
(Avertissement, le barrage ne se traverse pas).
« Un édifice remarquable lié à l’eau va également jouer un rôle prépondérant dans l’essor agricole précoce de la commune et façonnera son paysage : le barrage du Paty. Construit en 1766, Le lac du Paty, fermé au Sud par un barrage de 21,30m de haut, est alimenté par plusieurs cours d'eau, principalement le torrent de Lauron et le Vallat de Chandeirolles. Le barrage compte 3 vannes, permettant une vidange du lac, en théorie, en 5 heures, au débit de 15 m3/h. Son utilisation première était dédiée à l'arrosage (aujourd'hui assuré par le Canal de Carpentras), et l'alimentation en eau des 4 moulins à blé du village. Le barrage historique créé par le Révérend Père Morand, d’une capacité de 450 000 m3,  permit à l’agriculture carombaise de se développer sans jamais connaître de difficultés liées au manque d’eau ».
Après une petite boucle au-dessus du barrage, nous retrouvons sur quelques centaines de mètres à contre sens le sentier avant de bifurquer à droite sur le versant rive gauche au-dessus du Ravin du Lauron, le sentier de découverte des ouvrages en pierres sèches avec de très beaux exemples d’architecture locale et de l’économie agraire passée (culture des oliviers, de l’épeautre, moutons…) y ont été inventoriés (cabanes, mazets et murets), que nous découvrirons sur la fin du parcours.
Nous rejoindrons le parking au pont sur le Lauron.
Une superbe balade automnale de découverte avec de magnifiques paysages.
Ne manquer pas de faire un petit tour dans le village de Caromb.
« Accroché sur les contreforts du Mont Ventoux, lové au cœur de l’amphithéâtre Comtadin, Caromb jouit d’une situation remarquable qui de tous temps a rythmé la vie quotidienne de ses habitants.
Si le patrimoine architectural est riche et très ancien, le patrimoine végétal n’en n’est pas moins remarquable. Les collines du Paty recèlent une grande variété de plantes méditerranéennes que l’on peut découvrir au cours de longues promenades dans ce massif arboré. La richesse du terroir, la qualité du climat, ont permis de façonner un paysage harmonieux planté d’oliviers et de vignes.
Comme d’autres petits villages édifiés au pied des massifs du Ventoux et de Montmirail, Caromb contemple le paysage du Comtat Venaissin. Ce village fortifié est riche d’ouvrages patrimoniaux des époques, romane et renaissance et présente même des traces d’occupation humaine remontant au paléolithique. Aujourd’hui, le lac du Paty est un lieu de balade et de détente fort apprécié. Lové au cœur de l'amphithéâtre comtadin, entre deux des sites les plus emblématiques de ce territoire vauclusien, le Mont Ventoux et les Dentelles de Montmirail, Caromb, est de ces villages, qu'on a souvent tendance à traverser plutôt qu'à s'y attarder ; passant du coup à côté des curiosités qu'il recèle. En la circonstance, on pense, rayon gourmandise, à l'huile d'olive fruitée du moulin sis au sein du bourg ou aux fameuses figues noires ; et côté nature, aux collines du lac du Paty qui ont le mérite d'associer paysages variés, petit patrimoine rural et bien entendu ce havre de fraîcheur que constitue son lac de barrage. Patrimoine architectural: église style gothique provençal classée monument historique, vestiges d'un Château médiéval, chapelle des pénitents gris, Pré Fantasti, fontaines, vieilles rues et beffroi. Sur la commune: le Lac du Paty et son barrage ».